Salon de l’agriculture au Maroc : une VIe édition réussie et internationalisée

10 hectares dont 65 000 mètres carrés d’espaces d’exposition et 750 000 visiteurs. 812 exposants et une forte présence étrangère d’Europe et de pays arabes. L’agriculture solidaire a été à  l’honneur de cette édition qui a duré 5 jours.

Le Salon international de l’agriculture de Meknès vient de souffler sa sixième bougie. L’édition de 2011, qui s’est tenue du 27 avril au 1er mai, a confirmé la montée en puissance de cette manifestation devenue désormais un rendez-vous incontournable pour les professionnels de l’agriculture aussi bien au Maroc qu’à l’international. Le salon a couvert une superficie globale de 100 000 m2 (10 ha), dont 65 000 m2 en superficie d’exposition destinée à 812 exposants ayant répondu à l’appel. Parmi eux, important, 100 représentants étrangers venant de 35 pays. Le taux de retour élevé de la plupart des exposants reflète le degré de satisfaction de leurs précédentes participations.
Pour accueillir les 750 000 visiteurs attendus, la durée du salon (5 jours) était réservée pour moitié aux professionnels uniquement, l’autre moitié profitant aussi au grand public.
Les différents organismes et professions ont été répartis en 9 pôles dont le premier à accueillir le visiteur est celui représentant les seize régions du Royaume, suivi du «pôle institutionnel et sponsors» dédié aux institutions publiques et privées du pays qui soutiennent le SIAM. Le pôle international, quant à lui, rassemblait les entreprises étrangères évoluant dans le secteur de l’agriculture ou de l’agroalimentaire, les organismes internationaux et les ONG.

Un souk pour mettre en valeur et vendre les produits du terroir

Entre le pôle produits, réunissant les PME et grandes entreprises agricoles ou agroalimentaires et le pôle agrofournitures réservé aux intrants et petits équipements se trouvait la nouveauté de cette année : le «Souk de l’agriculture solidaire», un espace dédié aux coopératives et associations du Maroc pour la promotion des produits agricoles artisanaux et produits du terroir. Le choix de l’agriculture solidaire comme thématique majeure du salon n’est pas fortuit car il s’agit là d’un des axes principaux du pilier 2 du Plan Maroc Vert. Le pôle élevage accueillait, quant à lui, des enclos abritant des spécimens représentatifs de l’élevage marocain et international, ainsi que toutes les activités vétérinaires et alimentation animale s’y rapportant. Ce pôle a proposé, comme chaque année, un concours d’élevage clôturé en beauté par une cérémonie de remise de prix aux meilleurs exploitants.
Comme à l’accoutumée au cours des sessions précédentes du SIAM, le pôle élevage s’est taillé la part du lion en nombre de visiteurs et se révèle être un passage obligé par lequel commence le plus souvent le circuit de visite du salon.
Depuis les professionnels (éleveurs, agriculteurs, …) jusqu’aux enfants dont les visites sont organisées par les écoles ou accompagnant leurs parents, tous les visiteurs étaient impressionnés par les bœufs de race pure pesant jusqu’à 1,4 tonne et spécialement importés de France pour l’occasion. En plus des stars habituelles du salon (vaches laitières et veaux de différentes races), tous les élevages étaient représentés dont les ovins, caprins, camelins, apiculture, cuniculture, etc.
De même pour le pôle souk, l’un des plus visités aussi bien par les professionnels que par le grand public, et qui avait pour but de valoriser les produits du terroir (agriculture solidaire) et permettait au visiteur de découvrir, déguster et acheter les produits du terroir et spécialités de production traditionnelle et de savoir-faire ancestral. Ainsi, l’huile d’olive et l’huile d’argan côtoyaient miel de toutes origines et compositions, produits à base de rose, dattes fraîches ou transformées sous différentes formes (de plus en plus diversifiées, pratiquement inconnues et que le visiteur découvre souvent pour la première fois), le safran (or rouge de Taliouine) et les PAM (plantes aromatiques et médicinales)… Certains de ces produits sont biologiques et bénéficient de différentes certifications et labels qui donnent plus confiance et incitent le visiteur à l’achat.
La diversité de ce pôle montre l’importance des potentialités dont dispose le pays et les opportunités ayant permis le développement de certaines régions enclavées ou éloignées qui seraient restées isolées autrement ainsi que l’amélioration du revenu des habitants (surtout des femmes, par le biais des coopératives). A signaler que le marché mondial de produits de terroir selon la FAO est estimé à 19 milliards DH environ.