Royal Air Maroc met le paquet sur l’Afrique subsaharienne

La compagnie est le transporteur officiel des éditions 2014 et 2016 du «Marché des arts du spectacle africain» d’Abidjan. Le nombre de passagers sur l’Afrique subsaharienne est estimé à  900 000 en 2013 contre 550 000 en 2007.

«2014, année de l’Afrique» pour Royal Air Maroc. L’annonce a été faite jeudi 16 janvier, à Abidjan, par Driss Benhima, lors de la signature de la convention de partenariat avec l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT) de la Côte d’Ivoire pour la promotion du Marché des arts du spectacle africain (Masa) qui se tiendra du 1er au 8 mars prochain. Par cet accord, la compagnie nationale devient le transporteur officiel des éditions 2014 et 2016 qui se tiennent dans la capitale ivoirienne. Un peu moins de deux semaines après avoir noué un partenariat du même genre avec la Biennale de Dakar, elle met ainsi en évidence sa volonté de mettre le paquet sur le continent durant cette année.
En fait, la RAM sait depuis quelques années déjà que l’Afrique, en particulier son espace subsaharien, s’est imposée comme son nouveau champ de croissance avec Casablanca pour hub ouvert sur tous les pays du monde. Ce faisant, elle a multiplié les ouvertures de nouvelles lignes pour couvrir, à fin 2013, une trentaine de destinations.

Une compagnie panafricaine

Corrélativement, tous les indicateurs d’activité sont montés en flèche. De 550 000 en 2007, le nombre de passagers sur l’Afrique subsaharienne est passé à 850 000, dont 80% en continuation ; il est estimé à 900000 en 2013. Autre signe révélateur de la montée en puissance, 45% du chiffre d’affaires est réalisé en continuation vers la zone subsaharienne et le Maghreb.
La RAM est ainsi devenue la deuxième compagnie continentale après la Sud-africaine. Mais comme il en faut toujours un peu plus pour séduire davantage de monde, M. Benhima promet une amélioration conséquente du service à bord (connexion internet, espace plus large entre les sièges…) et au sol. Déjà la salle de transit à l’aéroport Mohammed V a été rénovée.
Plus qu’une compagnie marocaine, la RAM s’érige en transporteur panafricain. Et comme le potentiel de développement du transport aérien sur le continent est significatif -seulement 2 à 3% du trafic mondial pour 14% de la population mondiale-, elle a tout à y gagner.