Routes nationales, voies rapides, routes rurales, autoroutes…, ce qui est prévu cette année

Extensions : 2 600 km de routes rurales et 500 de routes asphaltées.
800 km de routes existantes seront revêtues de bitume.
Une étude en cours pour améliorer les prestations sur certains axes routiers.

O n s’en plaint toujours et pourtant, cette année, elles absorberont 2,8% des ressources du Budget général de l’Etat et les fonds qui leur sont consacrés sont en augmentation exponentielle, suivant en cela une politique d’entretien et de construction des routes fixée dans le cadre du plan d’action 2008-2012 du ministère de l’équipement et du transport. Pour l’année en cours, le montant global des fonds consacrés au secteur routier dans le cadre de la Loi de finances a été arrêté à 6,2 milliards de DH dont 1,9 milliard au titre du budget d’investissement du département et 2,2 milliards provenant des ressources prévues du fonds de financement des routes qui débloque par ailleurs 2,1 autres milliards conformément à son programme. Il apparaît ainsi que l’enveloppe consacrée au développement du réseau routier croît chaque année de manière substantielle. En effet, de 3,3 milliards de DH en 2006, cette enveloppe a atteint en 2010 6,2 milliards, soit pratiquement son doublement en 4 années.
Les actions qui seront entreprises en 2010 concernent quatre volets. Le premier concerne le maintien de la qualité du réseau et l’amélioration des services offerts aux usagers. Dans le lot, on trouve notamment le revêtement de 800 km de routes, l’élargissement de 510 autres km et la réparation ou la refonte d’une centaine d’ouvrages d’art sur tout le réseau. Dans la même optique, les services du  ministère s’attelleront à réaliser une étude pour l’évaluation de la manière d’améliorer les prestations sur certains axes routiers en faisant appel à de nouveaux partenariats. Il s’agit de la route nationale 9 qui relie Marrakech à Ouarzazate, de la route nationale 8 entre Fès et Taounate et de la route reliant Taza à El Hoceima. De même, une enveloppe de 314 MDH a été débloquée pour l’achèvement des réparations des dégâts subis par les équipements routiers suite aux inondations que le pays a connues en 2008 et 2009 dont, entre autres, la reconstruction du pont sur l’Oued Malouiya à proximité de la ville de Missour, la réparation des dégâts sur 13 km sur la route régionale 408 dans la province de Sidi Kacem, etc.
Par ailleurs, pour lutter contre l’insécurité routière, il est prévu d’aménager en rase campagne, notamment dans les zones qui connaissent une fréquence de charrettes, des pistes dédiées à ces types de véhicules, et de poursuivre l’élimination des points noirs identifiés.

Les voies rapides entre Sidi Slimane et Mohammédia seront achevées

Le deuxième volet concerne la poursuite du programme national d’aménagement et la construction de routes rurales. Ainsi, 210 chantiers totalisant 2 600 km seront lancés, ce qui permettra de porter le désenclavement des zones rurales à 72%. La contribution du fonds de développement routier, arrêtée à 2,1 milliards de DH qui viendront s’ajouter à un emprunt de 2,5 milliards, permettra de construire environ 1900 km de routes rurales au titre de cette année.
En troisième lieu, le plan d’action prévoit l’achèvement des voies rapides entre Sidi Slimane et Mohammédia, sur 20 km, en plus de 8 km reliant l’autoroute Rabat-Casablanca à la ville nouvelle de Tamesna. Il s’agit aussi de terminer 7 km de l’axe reliant Kénitra à l’autoroute Rabat-Kénitra et de construire 20 km entre Azemmour et Casablanca, et, enfin, ce sont 113 km qui seront construits entre Marrakech et Essaouira. L’année verra aussi le lancement des travaux de la voie rapide de 8 km reliant les routes nationales 8 et 11 et l’achèvement de la 2e  tranche de la voie de 20 km entre Sefrou et Fès.   
Enfin, et c’est le quatrième volet, durant cette année, on assistera à la mise en service du tronçon autoroutier entre Chichaoua et Agadir et la poursuite des travaux de construction de l’autoroute Fès-Oujda en plus de l’achèvement de l’axe de triplement de l’autoroute entre Casablanca et Rabat (qui s’achèvera à la mi-2011) ainsi que de la voie de contournement de la ville de Rabat.