Risma redresse sa situation grà¢ce à  la montée en puissance de ses nouveaux hôtels

Le chiffre d’affaires 2013 a crû de 14% et le résultat d’exploitation est passé au vert. Des performances rendues possibles grà¢ce à  la fermeture de 3 hôtels non rentables et au développement des marques Pullman et Sofitel. Trois ouvertures sont confirmées pour 2014.

Le top management de Risma a de quoi se réjouir vu les performances réalisées en 2013. Les indicateurs annoncés cette semaine sont en effet largement encourageants, notamment dans un secteur touristique qui a terminé l’année sur une trop légère progression des recettes. Pour Risma, c’est tout le contraire puisque l’entreprise, propriétaire de 30 établissements, a réalisé un chiffre d’affaires de près  1,48 milliard de DH, en hausse de 14% par rapport à 2012. Le revenu opérationnel avant amortissement, taxes, loyers et frais financiers (GOP) des hôtels du groupe s’est quant à lui amélioré de 36%, à 643 MDH. Enfin, contrairement à 2012, le résultat d’exploitation est bénéficiaire, avec 192 MDH. Dans ces conditions, le groupe a réduit son déficit net en le ramenant de –200 MDH à –46 MDH.

Les Sofitel génèrent 60,5% du chiffre d’affaires

«En 2013, nous avons récolté les fruits de la sortie de notre portefeuille d’établissements qui n’étaient plus rentables et la montée en puissance de 3 unités ouvertes en 2012», précise Marc Thépot, vice-président de Risma. En effet, l’année passée a connu la fermeture du Mercure Ouarzazate, Ibis Essaouira et Coralia La Kasbah d’Agadir, jugés non stratégiques. En même temps, le groupe a profité de l’important succès rencontré par le Pullman Marrakech, le Sofitel Thalassa Agadir et le Sofitel Casablanca Tour Blanche. Résultat, la marque Sofitel enregistre une progression de 20% de son chiffre d’affaires et contribue pour 60,5% au chiffre d’affaires global. Le taux d’occupation moyen de 64%, bien supérieur à la moyenne nationale (43%), contribue également à cette année «exceptionnelle». Tous les segments ont enregistré des taux d’occupation en croissance par rapport à 2012, du segment très économique (46% contre 37%) au luxe (63% contre 55%), en passant par le milieu de gamme (64% contre 51%) et l’économique (69% contre 61%).

Seule ombre au tableau, l’impact sur le revenu net de la quote-part des résultats de la Société d’aménagement d’Essaouira-Mogador (SAEMOG), dans laquelle Risma détient 40%. «Une solution sera trouvée incessamment pour y remédier», indique-t-on.

Si aucune ouverture n’a été réalisée en 2013, Risma poursuit sa politique d’investissement, à raison de 4 à 5% du chiffre d’affaires par an. C’est ainsi que prochainement sera inauguré l’Ibis Casanearshore de 128 chambres, qui a nécessité un investissement de près de 80 MDH, et la fin de l’année verra l’ouverture de 2 Ibis Budget à Fès et Rabat au Technopolis, d’un coût de près de 40 MDH chacun. Un «So lounge» est également prévu à Rabat.

A noter que l’AGO devra statuer sur la décision de réduction de capital par absorption de pertes pour 464,5 MDH, opération actée lors du conseil de surveillance du 10 mars dernier. La société s’apprête également à réaliser une émission d’obligations remboursables en actions d’un montant maximum de 650 MDH afin de «renforcer son fonds de roulement, réduire ses charges financières et améliorer son potentiel de rentabilité».