Risma, le fonds d’investissement d’Accor, entre en Bourse début 2006

En 2005, l’entreprise sera bénéficiaire pour la première fois

1,5 milliard de DH d’investissements dans dans 14 projets en cours de réalisation.

Le fonds d’investissement Risma dont le capital est contrôlé à hauteur de 40 % par Accor(*), filiale du leader mondial de l’hôtellerie, prépare son entrée en Bourse prévue pour le premier trimestre 2006. Il faut dire que ce fonds ne laissera pas les investisseurs indifférents. Fort de ses 21 hôtels (dont 19 détenus en propre) totalisant 2 900 chambres, et réalisant près de 2,4 millions de nuitées si on y inclut le Club Med – dont Accor est aujourd’hui l’actionnaire de référence -, il est à la tête de 18% de part de marché.

En dépit de l’importance des investissements, les résultats sont probants. A fin septembre 2005, Risma a enregistré un chiffre d’affaires HT de 480 MDH, soit une hausse de 35 % sur deux ans, et un cash-flow de près de 96,5 millions. Il compte terminer l’année avec un chiffre d’affaires de 623 MDH et un résultat net de 3,4 millions.
Pour 2006, les objectifs sont encore plus ambitieux. L’entreprise table sur un volume d’affaires de plus de 704 MDH et un résultat net de plus de 34 millions. «Des résultats plus que satisfaisants si l’on y inclut tous les projets d’investissement que nous comptons mener cette année. Et il faut bien souligner que 2005 sera la première année couronnée par un résultat avant impôt positif, depuis qu’Accor est présent au Maroc», se félicite Marc Thépot, DG du groupe Accor Maroc.

En matière de développement, Risma compte actuellement en chantier ou en études finalisées près de 14 projets pour près de 1,5 milliard de DH d’investissement en quatre ans avec à la clé1 500 emplois directs à créer (voir tableau). Notons que le groupe a déjà investi environ un milliard de dirhams depuis son arrivée au Maroc en 1997 et créé quelque 2 000 emplois.
Des résultats florissants qui justifient l’entrée en Bourse. «Une telle initiative s’explique par le fait que nous voulons financer notre développement avec le Maroc. L’hôtellerie, dans le pays, est aujourd’hui un business rentable à long terme donc le titre Risma ne pourra être qu’attractif», explique Marc Thépot.

Accor souhaite rester l’actionnaire de référence
Pour l’heure, il est encore trop tôt pour s’avancer sur la valeur du titre Risma. Celle-ci sera définie par rapport aux projections des résultats futurs de l’entreprise qui sont calculés selon des études menées actuellement par CFG group.
L’événement est d’importance car ce sera la première entreprise du secteur du tourisme et de l’hôtellerie qui fera son entrée en Bourse. «C’est pour nous très glorifiant. C’est une façon pour notre groupe de jouer le lièvre pour les autres fonds d’investissements qui sont en gestation dans le secteur», ajoute le DG d’Accor Maroc. Il précise que l’opération ne se traduira pas par une dilution des parts du groupe français dans Risma, ni ne remet en cause ses projets au Maroc. Bien au contraire. Accor souhaite, en effet, maintenir sa part de 40% dans Risma et s’il y a augmentation de capital, il cherchera toujours à rester l’actionnaire de référence. C’est un point important qu’a tenu à souligner Gérard Péllisson, co-président du groupe, le 15 novembre dernier à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, à l’occasion des festivités marquant le cinquantième anniversaire de l’indépendance du Maroc, devant un parterre d’officiels et d’hommes d’affaires marocains et français.

Selon le calendrier prévu, le conseil d’administration devant fixer le montant de l’augmentation de capital et la fourchette du prix de l’action se tiendra dès le 8 janvier 2006. Selon une source proche du dossier, on parle d’une augmentation de capital de 250 à 300 MDH et d’un prix de l’action qui avoisinerait les 200 DH.
L’obtention du visa du CDVM devrait se faire début février pour une souscription aux environs de fin février ou au plus tard début mars.