Richbond développe son concept de salon marocain prêt à  poser

Le groupe compte ouvrir des magasins dans toutes les grandes villes.

Richbond a rapatrié le concept du «salon prêt à poser» que l’entreprise a lancé en 1995, à Paris. Le groupe compte développer une chaîne de magasins (en gestion directe ou en franchise) dans les grandes villes. Cinq points de vente sont déjà opérationnels (quatre à Casablanca et un à Salé) et un sixième sera ouvert à Marrakech à la fin de l’année. Un autre est prévu à Tanger. Avec une identité visuelle spécifique, les magasins abritent un espace dédié au salon marocain et un espace literie. L’investissement par magasin va de 800 000 à 1,5 MDH.

La société vise essentiellement les jeunes couples qui s’installent, les hôtels, les résidences ainsi que les entreprises souhaitant équiper des résidences pour leurs cadres. Les modèles sont conçus par ses créatifs et confectionnés avec les produits (matelas et tissus) maison. Richbond, tient-on à préciser, s’approvisionne également en tissus au design moderne auprès de ses confrères, son unité étant spécialisée dans la fabrication de tissus d’ameublement plutôt traditionnels.

L’activité salon représente 1% du chiffre d’affaires pour le moment
En ce qui concerne le prix, elle s’est alignée sur la concurrence, entre autres Layalits et Nidary, qui affichent des prix allant de 9 800 à 24 000 DH le salon posé, de 15 à 20% plus cher que les artisans.
Pour compléter son offre, le groupe a investi 3 MDH pour convertir son unité de filature en usine de production de draps, oreillers, couettes et couvre-lits. Cette décision vise à pousser une activité qui ne représente encore qu’environ 1% du chiffre d’affaires (CA) global qui a atteint 500 MDH en 2006. Pour l’heure, les 5 points de vente réalisent un CA moyen de 200 000 DH/mois pour l’activité salons. C’est encore loin du seuil de rentabilité fixé à 500 000 DH que l’entreprise espère atteindre en 2009. La difficulté à percer sur ce créneau est surtout due à l’omniprésence des artisans et des réseaux de distribution traditionnels – notamment Derb Ghallef et Koréa – qui réalisent encore 98% des volumes traités.

A l’export, la demande de «prêt à poser» a d’abord connu une croissance continue jusqu’à l’adoption de l’euro, avant de se tasser. Notons que Richbond compte 14 magasins à l’étranger dont 2 en Belgique, 1 en Hollande, 2 en Amérique (Los Angeles et Montréal), 1 en Espagne et 8 en France.