Restructuration financière de la filiale marocaine de l’industriel pharmaceutique Merck

Le capital a été hissé de 3,27 à  13,27 MDH avant d’être ramené à  5,42.
Objectif, éponger les dettes cumulées et financer un nouveau programme d’investissement.

Le géant pharmaceutique américain Merck Inc restructure le haut de bilan de sa filiale marocaine Merck Sharp and Dohme Maroc, créée en 2004 dans la foulée de l’ouverture d’un bureau scientifique sept ans auparavant. En effet, cette entité basée à Casablanca a vu son capital hissé, dans un premier temps, de 3,27 MDH à 13,27 MDH avant qu’une réduction de 7,85 MDH ne le ramène à 5,42 MDH.

Ce coup d’accordéon permet à MSD Maroc de résorber les pertes cumulées, lors des trois premières années d’existence, et de financer un nouveau programme d’investissement.

Avec un chiffre d’affaires dépassant les 150 MDH et un effectif de près de 80 personnes, MSD Maroc fait office d’un laboratoire de taille moyenne au sein des filiales des majors pharmaceutiques implantés au Maroc tels Aventis, Cooper, Servier, Bayer, Roche, GlaxosmithKline, etc. Son portefeuille de médicaments commercialisés au Maroc couvre des domaines thérapeutiques différents comme la cardiologie (Zocor, Renitec…), la rhumatologie (Fosamax…) et la pneumologie (Singulair).

Rappelons que Merck & Co Inc vient de finaliser en novembre 2009 une méga-fusion avec son compatriote Schering-Plough. La marque Merck Sharp and Dohme sera maintenue en dehors des Etats-Unis et du Canada. La nouvelle entité fusionnée revendique, désormais, un chiffre d’affaires global de 47 milliards de dollars (soit plus de 450 milliards de DH) et le deuxième rang mondial du secteur (derrière l’autre américain Pfizzer Wyeth). Quant à l’effectif du nouvel ensemble, il devra approcher les 90 000 employés en 2010 à l’issue d’un plan social devant toucher quelque 16 000 salariés à travers le monde.