Renouvellement du permis de conduire : grand désordre à  Casablanca !

La prise de rendez-vous est quasiment impossible en ligne et les deux centres sont encombrés. Il faut attendre plusieurs heures avant de pouvoir déposer son dossier. Au moins 2 mois pour récupérer son nouveau permis.

Les derniers jours du mois de juin ont été particulièrement animés au niveau des centres de renouvellement des permis de conduire. Avec l’arrivée à échéance du délai accordé aux titulaires de permis de conduire délivrés avant 1997 (entre le 1er janvier 1980 et le 31 décembre 1996), toutes les lacunes du système de renouvellement mis en place par le ministère de tutelle sont ressorties au grand jour, à commencer par la gestion des rendez-vous.

Pour rappel, le 14 juin dernier, le ministère de l’équipement et du transport publiait un communiqué dans lequel il annonçait la mise en place d’un système de prise de rendez-vous en ligne et incitait toutes les personnes concernées par le renouvellement d’y avoir recours pour éviter l’encombrement dans les centres de renouvellement. Or, à l’approche de la date fatidique du 30 juin, il s’est avéré que le système mis en place est loin d’être infaillible. D’après les tests qu’a effectués La Vie éco entre le 25 juin et le 1er juillet, plusieurs anomalies ont été relevées. La première concerne la disponibilité des dates pour les centres sis à Casablanca. En effet, le ministère de l’équipement et des transports n’a prévu que deux centres de renouvellement dans toute la métropole qui compte, pour rappel, près de 5 millions d’habitants. Du coup, il était impossible de trouver un créneau horaire libre avant la date limite pour le dépôt du dossier.

6,72 DH TTC par minute pour confirmer un rendez-vous

L’autre problème que nous avons relevé se situe au niveau de la validation du rendez-vous. Après avoir rempli le formulaire (obligatoirement en arabe et en français) sur le site dédié, nous avons été invités à valider le rendez-vous en appelant le centre de relation avec les citoyens. Comme tout call center, il s’avère difficile d’obtenir une ligne de libre pour justement confirmer le rendez-vous. Pire encore, le temps passé à attendre que l’appel soit pris en charge par le call center peut s’avérer onéreux vu que l’appel est surtaxé à 6,72 DH TTC la minute.
Face à ces contraintes, il est donc logique de voir les citoyens concernés par le renouvellement se rabattre directement sur les agences de renouvellement. A ce niveau, la prise de rendez-vous est bien plus simple : un agent de sécurité à la porte du centre délivre à chaque citoyen un bout de papier dans lequel sont inscrites la date et l’heure du rendez-vous.
C’est dire toute la complexité du processus de renouvellement du permis sur papier. Et encore, avoir son rendez-vous ne garantit pas de passer à l’heure. Et pour cause, si l’on se fie au créneau horaire fixé sur le site assiaqacard.ma, trois minutes seulement séparent chaque rendez-vous. Or, il suffit de se rendre dans les centres de renouvellement pour se rendre compte qu’entre la vérification des documents et la préparation du récépissé de dépôt, la procédure prend beaucoup plus de temps. Du coup, au fil de la journée, les retards s’accumulent et la durée d’attente, même avec un rendez-vous à l’avance, peut s’étaler sur plusieurs heures.
Une fois cette étape franchie, le citoyen devra encore attendre deux mois avant d’obtenir son précieux sésame. C’est en effet le délai fourni au niveau du centre de renouvellement lorsque les agents sont interrogés sur la durée nécessaire avant la récupération du nouveau permis. Entre-temps, le conducteur dispose d’un permis blanc lui permettant de circuler. Ces délais trop longs peuvent s’expliquer par le nombre encore trop important de permis qui restent à renouveler. Bien qu’aucune statistique officielle ne soit disponible, des sources officieuses parlent de 2 millions de permis à renouveler dans tout le Maroc sur les 15 mois à venir, soit quasiment la moitié du nombre de permis concernés par le renouvellement depuis le nouveau code de la route de 2010.