Réforme Damane Sakane : Questions à  Abdelaziz Bounakhla, Directeur des Engagements particuliers et professionnels à  la CCG

«Quasiment toutes les banques distribuent des crédits adossés au Fonds Damane Sakane»

La Vie éco : Dans quel contexte intervient le premier amendement de la convention régissant le Fonds Damane Sakane ?

Le dispositif de garantie étatique des prêts immobiliers a naturellement évolué par un effet d’apprentissage depuis son lancement en 2003. La population cible de ce mécanisme était relativement méconnue au départ. Au fur et à mesure l’on a pu développer une meilleure connaissance de ce nouveau segment, notamment son profil de risque, et amélioré le dispositif en conséquence, sans toutefois avoir à modifier radicalement ses  paramètres.

Le récent amendement de la convention a porté notamment sur l’élargissement de la cible aux bénéficiaires dans le cadre du programme habitat menaçant ruine avec une quotité de garantie de 80% et une simplification de la procédure d’indemnisation des banques qui devient complètement dématérialisée.

Il est fréquemment cité que seules deux ou trois banques continuent d’accorder des crédits adossés à la garantie Damane Sakane…

Quasiment toutes les banques accordent des crédits adossés aux garanties Fogarim et Fogaloge du fonds ett chaque établissement réalise une production pouvant refléter sa part de marché en termes de financements immobiliers aux particuliers. D’ailleurs, une banque de la place, après avoir interrompu un moment l’octroi de crédits garantis par  Fogarim, est actuellement en phase de reprendre la production des crédits adossés à cette garantie. Cela étant, il est vrai que sur la population bénéficiaire du programme «Villes sans bidonvilles» qui, signalons-le, représente à peine 7% du portefeuille du fonds Damane Assakane, ce sont principalement trois banques qui contribuent aujourd’hui à son financement.

Les banques sont en phase de lancer des financements participatifs. Comment la CCG accompagnera le mouvement ?

Nous envisageons de nous greffer naturellement sur les offres relatives au financement participatif une fois qu’elles seront lancées par nos partenaires banquiers. Il s’agira de mettre en place des instruments de garantie dédiés à ces financements.