Redal finalise son émissaire marin de rejet des eaux usées

C’est le nom qu’a donné Redal au gigantesque tunnelier qu’elle vient de recevoir d’Allemagne et qui lui permettra de creuser une galerie de 800 mètres de long sous le sol marin, dernière phase de la réalisation du futur émissaire marin.

Mariame. C’est le nom qu’a donné Redal au gigantesque tunnelier qu’elle vient de recevoir d’Allemagne et qui lui permettra de creuser une galerie de 800 mètres de long sous le sol marin, dernière phase de la réalisation du futur émissaire marin. Une fois le tunnel achevé, il sera connecté à une conduite en polyéthylène de 1,350 kilomètres, déjà posée au fond de l’océan atlantique, pour compléter ainsi un émissaire qui permettra de rejeter les eaux usées à 2 km au large des côtes.
Le tunnelier, qui mesure 11 mètres de long, 2,70 mètres de diamètre et pèse 67 tonnes, a été fabriqué en Allemagne spécialement pour les besoins de ce projet. Durant 4 mois, l’engin fonctionnera 24h/24 avec deux équipes de 20 personnes.
Le projet d’émissaire, qui coûtera 400 MDH, fait partie d’un programme plus global de 1,83 milliards de DH lancé par Redal pour la dépollution du littoral atlantique et de la vallée du Bouregreg. Le programme prévoit, entre autres projets, la réalisation d’une station de traitement des eaux usées et la construction d’un émissaire de 2,2 km de long qui rejettera, après leur traitement, près de 200 000 m3 d’effluents au large du littoral.
Rappelons que les travaux de réalisation de l’émissaire ont été confiés au groupement composé de Soletanche Bachy, Solsif Maroc, Somagec Geocean et Etermar.