Recul du déficit commercial en lien avec la baisse des importations

A fin novembre, il s’est allégé de 6,7 milliards de DH, à  179,3 milliards par rapport à  son niveau de fin novembre 2012 (-186 milliard de DH).

C’est la principale nouveauté en 2013 en matière d’échanges extérieurs : le déficit commercial recule depuis le début de l’année. A fin novembre, en effet, le déficit de la balance commerciale s’est allégé de 6,7 milliards de DH, à 179,3 milliards par rapport à son niveau de fin novembre 2012 (-186 milliard de DH).

Toute réduction du déficit commercial est bonne à prendre, c’est évident. Le seul bémol c’est que cette «amélioration» résulte surtout de la baisse des importations : -9,9 milliards de DH. Car, les exportations, prises dans leur ensemble, ont elles aussi baissé : -6,7 milliards de DH. Il faut de même relever que c’est surtout la baisse des exportations de phosphates et dérivés (-21,8%), pour des raisons conjoncturelles bien connues, et à un degré moindre celles du textile et cuir (-3,9%) qui ont tiré vers le bas l’ensemble des exportations (-1,9%). Autrement, les secteurs de l’automobile (+19,2%), de l’aéronautique (+12,2%), de l’industrie pharmaceutique (+16,1%) et de l’agroalimentaire (+5,1%) se sont tous bien comportés. Hors phosphates et dérivés, les exportations ont augmenté de 5,2%, selon les indications de l’Office des changes.

Sans doute, cette amélioration du niveau du déficit commercial aura un impact positif sur le solde courant, dont le déficit sur la première moitié de l’année avait baissé de 11,8%, à 42,2 milliards de DH en comparaison avec la même période de 2012.

Le maintien des recettes touristiques (53,4 milliards) et des envois des MRE (54 milliards de DH) à leur niveau de 2012, mais surtout la hausse du flux des investissements étrangers (+20,5%, à 26 milliards de DH) seront d’un apport précieux pour ralentir le déficit courant et donc améliorer le financement de l’économie.