Recettes douanières : 12.7 milliards de DH encaissés à  fin février, hausse de 11.8%

Les importations sont stimulées par la baisse des tarifs douaniers depuis le début de l’année. Les recettes de la TVA ont progressé de 19%, à  7.28 milliards de DH. Les distributeurs de tabacs renforcent leurs stocks pour anticiper sur la hausse de la TIC.

L es recettes douanières se portent de mieux en mieux. Durant les deux premiers mois de 2012, elles se sont élevées à 12,7 milliards de DH, en hausse de 11,8% par rapport à la même période de l’année dernière. Bien que les droits de douane aient considérablement baissé depuis le début de l’année, de 25% à 17,5%, le réaménagement tarifaire qui a particulièrement touché les articles industriels et de produits finis de consommation en provenance de pays autres que ceux de l’Union européenne, qui représentent plus de 60% de nos importations, n’a visiblement pas affecté les recettes. L’explication est que cette importante baisse de droits de douane s’est traduite par une augmentation du volume et de la valeur des importations de ce type de produits. Rien qu’en janvier, les achats de produits finis de consommation ont progressé de 28,7%, à 5,6 milliards de DH, et ceux des produits finis d’équipement de 15,4%, à 5,6 milliards également.

Les recettes de la TIC sur les produits énergétiques fléchissent

Du coup, les recettes de la TVA à l’importation (taux inchangés) ont augmenté de 19%. A lui seul, cet impôt rapporte 7,27 milliards de DH, soit 57% des recettes. Cette somme est répartie entre la TVA sur les produits énergétiques qui a rapporté 1,66 milliard de DH, en amélioration de 22,36%, et celle sur les autres produits qui a drainé 5,6 milliards de DH, ou 18% de plus qu’à fin février 2011.  
Les droits de douane proprement dits ont rapporté 1,71 milliard de DH, soit 4% de mieux qu’en 2011. Ce montant est constitué pour l’essentiel des droits d’importation (1,7 milliard), les autres droits de douane totalisant 3 MDH.
Les recettes de la taxe intérieure de consommation (TIC) ont progressé presque au même rythme, à 3,35 milliards de DH. Elles ont été maintenues grâce à la TIC sur les tabacs manufacturés qui a rapporté 1,25 milliard de DH, en hausse de 24%, soit 244 MDH en deux mois. Mais cette évolution est à relativiser. Elle s’explique par «un approvisionnement massif de la part des opérateurs de ce secteur qui, ayant eu vent de l’intention du gouvernement d’augmenter la TIC sur ces produits, ont réagi par anticipation et ont renforcé leurs stocks», précise un spécialiste du commerce extérieur. Le fait que le gouvernement décide de taxer davantage les fumeurs n’empêche pas les producteurs et distributeurs de tabacs de faire de bonnes affaires. A l’inverse, les recettes de la TIC sur les produits énergétiques ont fléchi de 6,46%, à 1,86 milliard de DH, alors qu’elles étaient en hausse de 18% en janvier dernier.
Pour le reste, la redevance gazoduc s’est élevée à 336 MDH, en hausse de 1,68%, et les autres recettes ont chuté de 34%, à 39,9 millions.