Réaménagement de la voirie de Casablanca : les délais seront respectés

La première tranche qui concerne les artères du centre-ville sera livrée mi-avril n Pour la deuxième tranche, 50 km de voirie seront réaménagés chaque année. La mise à niveau de la voirie des zones industrielles est également prévue.

Bonne nouvelle pour les habitants du centre-ville de Casablanca. Les embouteillages dus aux travaux d’aménagement de la voirie se termineront dans quelques semaines et la circulation sera enfin plus fluide. «Le taux de réalisation de la première tranche des travaux lancés en 2016 dans le cadre du programme d’aménagement de la voirie à l’intérieur de la ville est de 75%», confirme-t-on du côté de Casa Aménagement, société de développement local chargée du projet. En effet, après les boulevards Abdelkrim El Khatabi et Abdelhadi Boutaleb qui ont été livrés il y a quelques semaines déjà, ce sera autour de six autres. Il s’agit de l’Avenue des FAR, des bd. Pasteur, My Ismaïl, Emile Zola, My Slimane et Anfa. Selon la SDL, ces artères seront livrées entre fin mars et mi-avril.

«Il n’y a pas de retard», déclare Driss Moulay Rchid, directeur général de Casa Aménagement. A l’en croire, les travaux avancent dans le respect du planning initial. «Certes, ils prennent beaucoup de temps, mais cela est dû au fait que nous devons travailler tout en laissant la circulation normale, alors que pour ce type de travaux, il faut fermer les axes concernés», explique le DG. «Pour ne pas gêner la circulation dans un boulevard, nous évitons de travailler les deux voies parallèles. Par conséquent nous procédons voie par voie, ce qui prolonge la durée des travaux», poursuit-il.

De la verdure tout au long des boulevards

Néanmoins, les Casablancais devront encore attendre quelques années avant que toute la voirie ne soit remise à neuf. C’est justement en 2020 que la totalité du programme sera réalisée. Chaque année, la société de développement local lancera des lots relatifs à l’aménagement d’une cinquantaine de kilomètres, soit entre 10 et 15 boulevards, pour un budget de 500 MDH. Les travaux prévus pour 2017 démarreront en juin prochain. «Nous allons lancer les appels d’offres dans les dix jours qui viennent», confie M. My Rchid. Le montant total de la facture est de plus de 2,7 milliards de DH.

Le chantier intègre le réaménagement ou la construction des chaussées, trottoirs et voies piétonnes, la mise en place de l’assainissement pluvial, la mise à niveau ou l’installation de l’éclairage public et du mobilier urbain, la signalisation horizontale et verticale ainsi que l’aménagement paysager des voies et des squares.

Dans le cadre de cette deuxième phase, la SDL aménagera des espaces verts tout au long des voies, soit l’équivalent de dix hectares. La mise à niveau des ralentisseurs de vitesse connus sous l’appellation «dos d’âne» est également décidée. «Plus de 50% des ralentisseurs de vitesse installés sur les voiries de la métropole ne répondent pas aux normes», apprend-on du côté de la SDL. Et pour cause, la plupart d’entre elles sont installées de manière anarchique souvent par des privés. En d’autres termes, il s’agit des écoles, des commerçants ou des particuliers. Afin d’harmoniser le paysage urbain, mais aussi produire l’effet attendu de ces «dos d’âne», la SDL est décidée à tout revoir en respectant les normes internationales dans le domaine.

De nouvelles voies pour désenclaver les zones périphériques

La modernisation de l’existant n’est pas le seul souci de la SDL. Casablanca grandit, de nouveaux quartiers voient le jour. Le hic est que ces zones sont souvent enclavées et leur horizon brouillé sur les plans économique et social. Pour y remédier, Casa Aménagement procédera à l’ouverture de nouvelles voies dans le cadre du nouveau plan d’aménagement de la métropole. Ce projet concerne des quartiers périphériques relevant du territoire des préfectures d’Ain Chok, Ben M’sik, Sidi Bernoussi et My Rachid. Le programme sera réalisé en deux temps. D’abord, «nous allons faire les études topographiques et les études des arrêtés linéaires qui vont être adoptées lors de la cession ordinaire d’avril 2017 du Conseil de la commune de Casablanca», explique le Directeur général de la SDL. La deuxième étape, elle, concerne la préparation des études techniques et le lancement des appels d’offres.

Les zones industrielles ne sont pas oubliées. Les voies ouvertes à l’intérieur de ces zones seront rénovées. Ce projet qui sera réalisé en deux ans, soit 2017 et 2018, concerne trois zones. Il s’agit d’abord d’Aïn Sebâa et de Sidi Bernoussi dont les travaux seront lancés cette année. «Pour la première, les études sont déjà faites, alors que les études relatives à la deuxième seront bientôt lancées», déclare le management. Concernant la troisième zone, qui est la plateforme industrielle de Lissasfa, les études seront complétées au cours de cette année afin de pouvoir lancer les travaux en 2018.

Les protestations et l’exaspération de ceux qui empruntent les voies concernées par le programme de rénovation est parfois légitime. Il n’est jamais agréable de passer des heures dans la circulation ou d’avoir du mal à trouver une place de parking. Cependant, on doit garder à l’esprit que le «jeu en vaut la chandelle». Autrement dit, avoir une ville fonctionnelle demande quelques sacrifices.