Rawaj : 2 100 commerces modernisés d’ici 2009

Une première convention pour la mise en œuvre du plan Rawaj

Le ministère du commerce promet de s’attaquer au gros et à la distribution.

La mise en œuvre du plan Rawaj est en marche. Le ministère de l’industrie, du commerce et des nouvelles technologies, la Fédération marocaine des chambres de commerce et les associations de commerçants ont procédé à la signature de deux conventions pour appuyer le développement du commerce de proximité le 28 avril.

«Cela résulte du constat que les flux de chalands et le développement du commerce sont des aspects qui n’avaient encore jamais été pris en compte dans les projets urbanistiques», explique Ahmed Chami, ministre de l’industrie et du commerce. Le programme de modernisation du commerce intérieur veut, entre autres, faire du Maroc une plateforme de shopping au niveau régional, à l’intersection entre l’Afrique et l’Europe. L’autre ambition est de structurer et moderniser le commerce intérieur.

Le programme voudrait avoir des impacts sociaux comme l’accès des consommateurs aux mêmes produits au même prix dans l’ensemble du Royaume. Un autre impact sur les consommateurs réside dans le gain en pouvoir d’achat.

Une des mesures avancées est la «structuration du marché de gros qui manque encore de transparence», avance M. Chami, «Si on agit sur l’intermédiation, on gagnera également en qualité». Par la standardisation et la modernisation des commerces de proximité, par le développement des centrales d’achat notamment, à l’image des pratiques des grandes et moyennes surfaces de distribution, le ministre estime qu’on pourra réaliser des économies d’échelle qui ne pourraient que se répercuter sur le consommateur marocain. «Il s’agit d’inverser le rapport de force qui était jusque-là du côté des producteurs !»

Les activités traditionnelles de commerce sont évidemment en ligne de mire. Quand on évoque un exemple comme Derb Omar, le ministre affirme que c’est là une concentration de métiers qui pourraient être séparés les uns des autres, en vue de gagner en productivité et de moderniser le commerce de gros.

«Les stratégies sont faciles à établir. La difficulté intervient dans la réalisation», tempère cependant M. Chami. Ainsi, le ministre s’est engagé sur un certain nombre de réalisations.

Entre autres objectifs pour les deux prochaines années, la modernisation de 2 100 commerces de proximité, pour un investissement de 54 MDH, et la création d’une centrale d’achat pour l’approvisionnement de 300 commerçants. L’objectif pour 2012 est d’en compter cinq qui approvisionneraient 1 500 commerçants. En 2012, le secteur devrait représenter 98 milliards de DH, contribuer à hauteur de 12,5% dans le PIB national et créer 200 000 emplois.