Ramed : les premiers bénéficiaires reçoivent leurs cartes d’indigence

400 sont prêtes. Elles comportent des informations sur les bénéficiaires et leurs familles.
L’Anam compte distribuer une moyenne de 500 cartes par semaine d’ici fin 2009.

Les bénéficiaires  de l’Amo du pauvre, le régime d’assistance médicale aux  populations économiquement démunies (Ramed), dans la région de Tadla-Azilal commenceront à recevoir les cartes leurs permettant d’accéder gratuitement aux soins de santé à partir de la semaine du 9 mars. Des sources concordantes à la wilaya de Tadla-Azilal et à l’Agence nationale de l’assurance maladie (Anam) révèlent, en effet, qu’une première fournée de 400 cartes est déjà disponible auprès de l’Anam et, à l’heure où nous mettions sous presse, mercredi 4 mars, elle devait être acheminée vers la wilaya pour être distribuée aux bénéficiaires. En fait, il s’agit de cartes presque familiales puisqu’elles comportent en plus du nom, prénom et photo du bénéficiaire, la photo du conjoint et les prénoms des enfants. Si ce premier lot peut paraître réduit, il est signalé que l’Anam et les autorités locales procéderont à la distribution chaque semaine d’une moyenne de 500 cartes et ce jusqu’à la fin de l’année. Rappelons qu’à ce jour encore, aucune carte d’immatriculation Ramed n’a encore été délivrée à part une dizaine de cartes données lors de la cérémonie officielle de lancement en 2008.

Un cafouillage dans la saisie des informations
Entre-temps sur le terrain, le fonctionnement du dispositif, nous dit-on, est bon à 95%. Il faut dire que depuis le démarrage effectif de cette opération test à Tadla-Azilal, en novembre 2008, les équipes de l’Anam et du ministère de l’intérieur ont dû faire face à quelques soucis d’ordre technique. C’est le cas, par exemple, pour ce qui est des opérations de saisie et de traitement des informations concernant les bénéficiaires. Des informations qui, une fois mises dans la base de données, devraient alimenter une application de gestion développée par les techniciens de l’Anam. Les équipes de l’Agence et de la wilaya ont travaillé durant plusieurs semaines pour résoudre ces problèmes techniques. En effet, il faut rappeler que depuis le lancement de l’opération, il y a quatre mois, les personnes économiquement démunies, dûment sélectionnées, auraient déposé leurs dossiers auprès des wilayas en vue de bénéficier de leurs cartes d’indigence et l’opération de saisie des informations, qui incombait au département de l’Intérieur, a rencontré des difficultés liées aux ressources humaines. En effet, ce dernier a bien acheté le matériel informatique nécessaire, mais, devant l’absence de postes budgétaires, il a dû mobiliser des agents des collectivités locales pour ladite saisie. Il s’en est suivi plusieurs inexactitudes dans la fiabilité des informations. Soulignons toutefois que les patients ont accès aux soins, depuis le lancement du Ramed dans la région, sur la base du reçu de dépôt de dossier délivré.