RAM Express : 25 000 passagers et 160 vols par semaine

Le cas de la filiale du groupe Royal Air Maroc a été exposé lors d’un séminaire organisé en marge du Salon Aeroexpo Marrakech 2010
La filiale de la RAM desservira bientôt aussi le sud de l’Espagne et la Mauritanie.

«Le transport aérien régional en Afrique». C’est le thème choisi pour le séminaire organisé le 28 janvier par Royal Air Maroc, en marge de l’Aéroexpo Marrakech 2010. Naturellement, la crise et les nouveaux défis des compagnies aériennes ont été largement débattus, mais c’est surtout l’expérience marocaine en matière de transport domestique qui a retenu l’attention. Le cas concret est la toute récente création de RAM Express pour assurer les liaisons entre les principales villes marocaines. Ainsi, il a été souligné que, dans le prolongement du transport international, la compagnie nationale a bien tenté d’assurer, elle-même, le transport aérien intérieur en opérant des vols vers d’autres villes à partir de Casablanca. Cependant, cette expérience s’est avérée non probante. De même, l’expérience de Régional Air Lines a fait long feu. Les enseignements de ces échecs ont été tirés par Karim Ghellab, ministre de de l’équipement et du transport, pour qui le transport aérien domestique ne peut pas se développer par la concurrence comme c’est le cas pour l’international. Il a souligné que la faiblesse du pouvoir d’achat réduit la possibilité de créer une demande suffisante pour la viabilité d’une compagnie aérienne intérieure.

Des vols entre villes sans passer par Casablanca

L’idée à la base du nouveau modèle adopté pour le développement du transport aérien domestique était de créer une compagnie dédiée avec l’implication des pouvoirs publics jusqu’à ce qu’elle atteigne le stade de maturité. Il s’agissait donc pour RAM Express de démarrer avec une offre structurée en faisant appel aux techniques des compagnies low cost et en faisant un arbitrage subtil entre la rentabilité et la volonté de l’Etat d’assurer un service public à bas prix, a expliqué Driss Benhima, PDG du groupe RAM. Concrètement, des appareils adaptés ont été affectés à la nouvelle filiale et la moitié des sièges est vendue à moins de 1 000 DH en aller/retour entre Casablanca et les autres villes. La compagnie bénéficie aussi, outre la participation de l’Etat à son capital, de l’exonération totale de toutes les taxes aéroportuaires.
Actuellement, Ram Express, qui évolue avec des appareils de taille moyenne, bientôt six, assure, chaque semaine, 156 vols aller/retour entre Casablanca et les autres villes. Cette fréquence atteindra 160 vols cette année et 220 dès 2012. La compagnie transporte chaque semaine environ 25 000 passagers, avec des perspectives de développement intéressantes. Dès l’été prochain, elle desservira le sud de l’Espagne, et, un an plus tard, la Mauritanie, à partir des provinces du sud.
A l’horizon 2014-2015, la compagnie compte aussi assurer des liaisons transversales entre certaines villes marocaines sans passer par Casablanca. C’est la seule voie pour désenclaver certaines régions.