Quinze TO français misent sur le Maroc

Des contrats quinquennaux avec ces TO permettront la venue de 600 000 touristes de plus d’ici à  2008.

Jeudi 25 septembre, la petite ville de Deauville, en Normandie, s’est réveillée au rythme du Top Resa, le salon international du Tourisme le plus important de France. Pour cet évènement, la délégation marocaine s’est déplacée en force. Ministre du tourisme, Directeur général de l’ONMT, président de la fédération du Tourisme, responsables des CRT (Conseil régional du Tourisme) et opérateurs des différentes régions du Royaume étaient au rendez-vous.
Il faut dire que depuis les évènements de Casablanca, les opérateurs du secteur touristique, aussi bien ceux relevant du public que du privé, mettent les bouchées doubles pour redorer l’image du Maroc.
C’est ce qui explique sûrement que pour assurer une bonne progression des arrivées touristiques en provenance de la France, l’ONMT vient d’inaugurer une nouvelle stratégie. Les tours opérateurs français qui programment le Maroc ont été sollicités pour signer avec l’office un contrat quinquennal, courant sur la période 2004-2008, les engageant à amener un certain nombre de touristes par an. En contrepartie, l’Office prend en charge une partie de leur communication. C’est ainsi que 15 contrats ont été signés durant les deux premiers jours du salon avec des tour-opérateurs de différentes tailles, généralistes ou spécialisés et présents dans toutes les régions de France.

L’ONMT prendra en charge en partie des frais de communication

«Nous avons accepté de signer ce contrat car il constitue un deal win-win. Nous sommes convaincus que le Maroc restera, dans les années qui viennent, une destination phare pour nombre de Francais. Nous sommes donc d’autant plus convaincus de pouvoir amener le nombre de touristes prévu dans le contrat. Et puis le fait que l’ONMT nous accompagne dans notre investissement financier nous réconforte et amoindrit nos frais. Nous ne pouvions pas refuser…», explique un T.O juste après la signature de son contrat de partenariat avec l’ONMT.
Une première donc, dans les annales de l’ONMT, qui permettra au Maroc d’accueillir à l’horizon 2008,  1,6 million de touristes français. Cette ambitieuse opération aura coûté la bagatelle de 30 millions de dirhams. Toutefois, bien que l’ensemble des opérateurs présents aient applaudi cette initiative, beaucoup pensent que ce type d’opérations aurait dû être fait sur des marchés en perte de vitesse comme l’Allemagne ou l’Italie et non sur un pays comme la France qui s’est maintenue sur le Maroc malgré la crise du secteur. Un sujet que le ministre du Tourisme n’a pas voulu aborder avec nous (selon lui nous serions mal informés…).
Outre ces signatures de contrats, le salon de Deauville s’est également distingué cette année par la présence active des opérateurs de la ville de Marrakech. Le CRT de la ville ocre s’est même distingué cette année par une initiative assez particulière. Non loin du salon, le conseil a loué un local qu’il a baptisé «Dar Marrakech» où déjeuners et dîners étaient servis à volonté pour tous les professionnels français intéressés par la destination. Les opérateurs de la ville étaient là pour les accueillir et les informer. Une initiative louable, d’autant que les moyens financiers de ce conseil ne sont pas énormes. Dommage que les autres CRT du Royaume n’aient pas usé de la même ingéniosité pour séduire les opérateurs touristiques français