Proparco se désengage de Naturex Maroc

Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement (AFD) dédiée à  l’investissement dans le secteur privé, se désengage de Naturex Maroc (ex-Maroc Extraction).

Proparco, filiale de l’Agence Française de Développement (AFD) dédiée à l’investissement dans le secteur privé, se désengage de Naturex Maroc (ex-Maroc Extraction). En effet, la maison mère française, Naturex SA, dont la capitalisation est de 136 millions d’euros (1,52 milliard de DH) sur la Bourse parisienne, vient de porter le contrôle de sa filiale marocaine à 96,35% en rachetant la participation minoritaire de Proparco (près de 7%) au prix de 1,2 million d’euros, soit près de 13,5 MDH. Ce qui valorise Naturex Maroc, dont la création remonte à 1992, à près de 190 MDH.

L’actionnaire sortant réalise ainsi, après plus de huit ans de présence dans le capital, une plus-value substantielle. Il faut dire qu’entre-temps Naturex Maroc, un des rares producteurs marocains d’extraits végétaux destinés aux industries alimentaires et nutraceutiques (suppléments alimentaires ingérés sous forme de comprimés, poudres, gels…), s’est considérablement développé. Outre l’effectif et la capacité de production qui ont presque doublé, depuis 1999, en se hissant respectivement, à fin 2006, à 85 personnes et à 10 000 tonnes de végétaux traités annuellement, l’assise financière a été régulièrement élargie avec des fonds propres qui totalisent près de 45 MDH (contre 23 MDH en 1999).

Une extension de capacité prévue d’ici fin 2007
Et l’effort de croissance ne faiblit pas puisque le groupe Naturex compte accroître à nouveau, d’ici fin 2007, la capacité de traitement de son site de Nouaceur (11 000 m2 dont 2 200 m2 construits) et ce, quelques mois après y avoir renforcé les installations et équipes de recherche & développement.

Des investissements qui s’expliquent par la volonté de consolider l’avantage concurrentiel de la filiale marocaine aussi bien en coûts de main-d’œuvre qu’en qualité d’approvisionnement du groupe en plantes aromatiques méditerranéennes, en noyaux d’amande et d’abricots (très utilisés dans la cosmétique).

Rappelons que Naturex SA (maison mère) qui revendique un chiffre d’affaires consolidé en 2006 de 66 millions d’euros (740 MDH) compte parmi ses actionnaires le doyen du capital-risque au Maroc, le fonds Moussahama qui détient 4,6% du capital. Une participation qui vaut plus de 70 MDH (soit près du quadruple de l’investissement initial) et représente l’une des plus belles pépites de la filiale du groupe Banques Populaires.