Projet Wessal Casablanca Port : les travaux s’accélèrent

Le premier lot des travaux du port de pêche est réalisé à 55%. Le nouveau chantier naval en est aux gros œuvres. La construction du terminal de croisière est bien lancée.

Lancés il y a près de 15 mois –en mars 2015- dans le cadre du projet Wessal Casablanca Port, les travaux du chantier naval, du port de pêche et du terminal de croisières avancent lentement mais sûrement. Le maître d’ouvrage, l’Agence nationale des ports (ANP) a dévoilé à La Vie éco l’état d’avancement complet à fin mai 2016 des trois projets qui composent le nouveau pôle urbanistique et touristique de la capitale économique.

La première composante du projet, le transfert du port de pêche à l’extérieur du port de la ville, est réalisée en deux phases. La première comprend 3 lots. Le premier lot consiste en la construction des ouvrages maritimes, dragage et remblais généraux. La durée d’accomplissement est de 24 mois et nécessite un budget d’investissement de 688 MDH. A fin mai 2016, leur taux d’avancement est de 55%. Le deuxième lot a pour objectif de dévier les ouvrages des rejets. Sept mois sont nécessaires pour exécuter ces manœuvres. A la même date, le taux d’achèvement de ce lot (dont le budget est de 64 MDH) est de 19%. Le troisième lot, dont le marché est en cours d’approbation, concerne la construction de digues de protection des têtes de rejet. Ces travaux devraient être achevés au bout de 10 mois pour un investissement de 32 MDH.

Quant à la deuxième phase qui requiert selon l’ANP environ 222 MDH d’investissement, elle concerne l’aménagement et la viabilisation des terre-pleins ainsi que l’élaboration des superstructures nécessaires. La durée d’exécution de cette phase toujours en cours d’étude est de 12 mois.

Au total, ces deux phases exigent un investissement  de 1,6 milliard de DH.

21 ha de terre-plein à aménager pour le chantier naval

En attendant, le nouveau chantier naval, deuxième composante des chantiers de l’ANP, en est aux gros œuvres. Ce projet consiste à construire une forme de radoub en guise d’emplacement du navire à réparer, une darse pour le portique à sangles, une plateforme élévatrice et des quais de réparation et de liaison. Le maître d’ouvrage a fait le choix de diviser le projet en quatre lots. Le premier, qui vise à réaliser une forme de radoub, 3 quais sans compter le remblaiement d’une plateforme de 21 ha, est en cours d’accomplissement. D’un coût de 992 MDH, ce premier lot est réalisé à 26%. Il doit être livré 24 mois après le début des travaux.

Le deuxième lot qui inclut la réalisation de l’élévateur à bateaux et 2 quais de différente nature est en cours de démarrage. Le montant de l’investissement est de 987 MDH. Les travaux doivent être achevés 24 mois après leur début.

Enfin, le troisième lot consiste en la viabilisation et l’aménagement de 21 ha de terre-plein (coût du projet 204 MDH), et le quatrième  en l’installation des équipements de la forme de radoub et du portique à sangles (144 MDH). Ces deux chantiers, qui nécessitent 12 mois de labeur, sont en cours d’étude.

Un budget de plus de 500 MDH est consacré au terminal de croisière

Très attendu, ce terminal permettra l’embarquement et le débarquement des bateaux de croisières mais aussi la modernisation de l’infrastructure d’accueil des navires. En effet, le port de Casablanca connaît une baisse chronique du nombre de croisiéristes. Ils étaient au nombre de 42 500 à fin avril 2016 en baisse de 59% par rapport à l’année dernière. Aujourd’hui, le chantier du terminal de croisière, troisième composante des chantiers de l’ANP, commence à prendre forme. Il a été conçu en 3 phases. La première dont le coût est de 464 MDH, consiste à accomplir les travaux de dragage, de démolition et de réalisation d’un nouveau quai en caissons, du terre-plein entre le nouveau quai et de la digue existante, en plus d’une fosse de drainage et d’un mur de garde en béton. L’état d’avancement du chantier, qui sera ouvert pendant 24 mois, est de 52%.

La deuxième phase, en cours d’étude, concerne l’aménagement et la viabilisation des terre-pleins sur environ 3,5 ha. Elle coûtera 24 MDH. Selon l’ANP, le chantier durera 6 mois.

La dernière phase, également en cours d’étude, concerne la création des infrastructures nécessaires à l’accueil et l’embarquement des croisiéristes. Elle nécessite 10 mois de travail et un budget de 36 MDH.