Prix du poulet : la détente est amorcée

Le prix départ ferme est retombé autour de 16 DH/kg après un pic de 20 à 21 DH. La baisse de l’offre est expliquée par la réduction des mises en place des poussins à cause du H9N2.

Le poulet est redevenu un peu plus accessible. Selon la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA), les prix départ ferme dans la région de Casablanca sont retombés à 16-17 DH au lieu de 20-21 DH durant les semaines précédentes.

La hausse qui était amorcée à partir de la 3e semaine d’avril tient principalement à la baisse de l’offre des poulets due à la réduction des mises en place des poussins en mars suite aux chutes de la ponte et de l’éclosion des œufs à couver chez les troupeaux reproducteurs atteints par la grippe aviaire faiblement pathogène, H9N2. Cette épidémie a en effet créé un effet de balancier qui a contribué à l’appréciation des prix. La psychose qu’elle a créée a entraîné un fléchissement de la consommation de viande de volaille en février et mars. Il s’en est suivi une chute immédiate des prix qui n’a pas encouragé plusieurs éleveurs à mettre en place de nouveaux troupeaux en élevage. Comme la durée du cycle de production, de la ponte d’œufs à couver à la mise sur le marché du poulet de chair, est de 9 à 10 semaines, l’offre n’était plus suffisante lorsque la demande a  recommencé à se manifester.

Le gouvernement autorise l’importation d’œufs pour faire face à la demande du Ramadan

Selon le président de la FISA, Youssef Alaoui, «le marché est aujourd’hui suffisamment approvisionné en poulet. Et depuis une semaine, on constate une amélioration progressive de l’offre du poulet et une baisse des prix à la ferme». Le prix de vente au consommateur se situe entre 19 et 20 DH contre 24 DH depuis la fin avril.

Ce reflux est une bonne nouvelle pour les consommateurs à la veille de Ramadan. «La production et l’offre de poulets devraient se rétablir progressivement pour retrouver leurs niveaux normaux», assure la FISA. Les professionnels soulignent tout de même que la demande de poulet pendant le mois sacré est faible par rapport au reste de l’année. On enregistre, toutefois, un pic le 14e jour et les 4 derniers jours. Compte tenu des traditions marocaines, le poulet est très demandé durant ces périodes du mois et les éleveurs s’y préparent habituellement.

A l’instar du poulet, le prix des œufs revient à la normale depuis quelques jours à la faveur de l’augmentation progressive de la production. En effet, les prix à la ferme qui dépassaient les 1,20 DH/œuf en mars-avril se stabilisent entre 0,95 et 1,00 DH/œuf. Et pour garantir un approvisionnement régulier du marché, le gouvernement a autorisé l’importation d’œufs de consommation à des droits de douane réduits. Ce qui, selon les prévisions de la FISA, devra se traduire par une amélioration de l’offre pendant le mois de Ramadan durant lequel est enregistrée une forte demande sur les œufs.