Près de 1,5 milliard de DH pour l’amélioration de la mobilité à Agadir

• Il s’agit de l’aménagement de la rocade Nord-Est et d’une voie express urbaine dans le Grand Agadir.
• Ces projets sont aujourd’hui au stade des études.
• Premiers appels d’offres prévus dès juillet et lancement des travaux dès novembre prochain.
• Les premiers ouvrages devraient être opérationnels dès mars 2023.

 

Agadir
Agadir

Dans le programme d’envergure de développement urbain d’Agadir, le projet de rocade Nord-Est et la voie express du Grand Agadir sont indéniablement deux projets qui transformeront le visage de la métropole.
D’une longueur de 40,5 km, la future rocade ou voie de contournement Nord-Est va dévier le trafic de transit Nord/Sud et Nord/Sud /port de la route nationale actuelle devenue urbaine. Il s’agit à travers l’aménagement de cet ouvrage de réduire le temps de traversée du trafic, surtout de poids lourds de transport de marchandises et renforcer la sécurité routière en supprimant les points noirs engendrés par la circulation des camions, est-il indiqué dans une note de présentation sur le chantier, de la Direction régionale de l’équipement, du transport et de la logistique. A terme, l’infrastructure routière permettra de fiabiliser les temps de parcours entre l’aéroport Al Massira, le port d’Agadir, la station de Taghazout, le grand stade d’Agadir, les zones de logistique d’Agadir et Ait Melloul, les parcs Haliopolis, l’agropole et la future zone franche. Ceci sans oublier la zone industrielle d’Ait Melloul et le complexe universitaire de la ville. Ce sont ainsi onze ouvrages spécifiques de nouvelle génération (trémiés, échangeurs) qui seront réalisés tout au long de l’infrastructure prévue sur deux fois deux voies.
Coût de la première tranche de ce programme : 770 millions de DH. Le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique couvrira 250 MDH, soit 32,5% du montant d’investissement. Le ministère de l’intérieur à travers la Direction générale des collectivités locales (DGCL) déboursera 100 MDH, soit 13% du coût des travaux. De leur côté, le Conseil régional Souss-Massa et le ministère de l’industrie, de l’investissement, du commerce et de l’économie numérique mobiliseront respectivement 200 et 130 MDH, soit 26 et 16,8% du montant du projet. La commune d’Agadir contribuera à travers un montant de 90 MDH, soit l’équivalent 11,7% de l’enveloppe du projet.
Pour l’heure, l’opération est au stade des études qui sont en phase finale, précise M’bark Fancha, directeur régional Souss Massa du ministère l’équipement, du transport et de la logistique. Il expose également que les procédures d’expropriation du foncier sont avancées à 50% et les premiers appels d’offres devraient être lancés en juillet prochain pour un démarrage des travaux en octobre-novembre de cette année. L’achèvement du chantier est prévu en mars 2023, ajoute pour sa part Fadli Benemman, directeur provincial l’Équipement, du transport et de la logistique.
Le projet de la voie express urbaine également au programme devrait pour sa part être achevé en mars 2024. Il permettra aussi de fluidifier la circulation au niveau des grandes artères du Grand Agadir et d’une multitude de giratoires. Programmée sur une longueur de 20 km, la future voie express reliera l’aéroport Agadir Al Massira au port d’Agadir après un investissement de 632 millions de DH. Le tout permettra d’aménager une infrastructure de deux fois trois voies plus des pistes cyclables, sans oublier quatorze ouvrages spécifiques (trémis et échangeurs). Pour le moment, le dossier est au stade des études d’avant-projet et le lancement des travaux est annoncé pour le début de l’année 2021.
En attendant, autorités locales, élus et maîtres d’ouvrage multiplient les réunions pour faire aboutir ce projet colossal. A cet effet, un comité de pilotage et de suivi présidé par Ahmed Hajji, wali du Souss Massa, est constitué et veille à l’avancement de ces deux dossiers. Ces chantiers bénéficient aussi sur le plan gouvernance, de l’accompagnement et de l’expertise du département ministériel de l’équipement, du transport et de la logistique
Dans la région, c’est assurément des infrastructures très attendues par la population pour accompagner le développement socioéconomique de la ville. Ce seront les premières infrastructures du genre dans le Souss. Leur impact sera certain en termes de connectivité et de réduction de l’empreinte carbone.