Prémices d’un nouveau cadre de partenariat maroco-espagnol

Depuis que la crise a sévi en Espagne, le Royaume ibérique porte un nouveau regard sur le partenariat avec le Maroc. En dépit d’un déficit commercial de près de 20 milliards de DH, les échanges avec l’Espagne affichent l’un des meilleurs taux de couverture pour le Maroc.

A l’instar de la récente visite du président français au Maroc, celle du Roi d’Espagne a été l’occasion de raviver la flamme du partenariat économique entre les deux rives. Au point qu’un accord de création d’un conseil économique et social maroco-espagnol a été conclu dans ce sens, mardi 16 juillet, entre la CGEM et le patronat espagnol. Il faut dire que depuis que la crise a sévi en Espagne, les relations économiques entre les deux pays ne sont plus été les mêmes. En 2012, le Royaume ibérique est devenu le premier partenaire commercial du Maroc alors que, jusque-là, la France semblait indétrônable.

En tout, le Maroc a importé pour 50,9 milliards de DH de produits espagnols, soit l’équivalent de 14,3% des importations totales. Dans le sens inverse, ce sont 30,5 milliards de DH de biens produits au Maroc qui ont été exportés vers l’Espagne, laissant ainsi apparaître un déficit de 20 milliards de DH. Ce montant est certes conséquent, mais il faut tout de même souligner que les échanges avec l’Espagne sont ceux qui coûtent le moins pour le Maroc en Europe. Le taux de couverture des importations par les exportations s’élève à 60%, soit l’un des plus élevés que réalise le Maroc avec un pays de l’UE. Mieux encore, depuis quelques années, le nombre d’entreprises espagnoles opérant au Maroc ne cesse de s’accroître.

Le Maroc, porte d’entrée vers l’Afrique comme argument

En l’absence de statistiques officielles à ce sujet, auprès de la CGEM on évalue ce nombre à un millier actuellement. L’économie espagnole fournit principalement au Maroc des produits chimiques et parachimiques (ils représentent actuellement 48,8% des produits exportés vers le Maroc en 2012). L’industrie mécanique et métallurgique est également fortement présente avec une part de 27,1% des valeurs importées. En fait, depuis l’installation de l’usine Renault à Tanger, ce secteur n’a fait que renforcer sa part dans les importations en provenance d’Espagne, vu qu’une grande partie des moteurs équipant les voitures construites à Tanger proviennent du voisin ibérique. Dans l’autre sens, les exportations marocaines de textile représentent 42,7% des produits exportés en Espagne en 2012. Puis vient l’industrie électrique et électronique qui représente 18,2% des valeurs expédiées.

Au-delà de simples partenariats commerciaux, la rencontre entre les hommes d’affaires des deux pays a également été l’occasion d’étudier de nouvelles formes de coopération. Le développement de partenariats en vue d’accéder aux marchés africains est l’une des cartes brandies par les opérateurs marocains pour attirer leurs homologues espagnols.