Pourquoi la CGI se retire de la Bourse

Une décision pour éviter une suspension à  rallonge de la cote casablancaise suite à  l’instruction de l’affaire du projet Madinat Badès à  Al Hoceima. La CGI continuera de bénéficier du soutien de sa maison mère pour la poursuite de ses projets immobiliers.

Petit séisme à la Bourse de Casablanca. La Compagnie générale immobilière (CGI) a entériné ce début de semaine sa décision de radier ses titres de la cote casablancaise, sur demande du ministère de l’économie et des finances. Il devrait s’ensuivre dans les prochains jours une offre publique de retrait, portant sur la totalité des titres de capital de la CGI, qui sera lancée par CDG Développement (les obligations cotées de la CGI ne seront pas visées par l’offre). Depuis le 16 octobre, l’action CGI est suspendue de la cote suite à la convocation des directeurs généraux de la CDG et de la CGI par la Brigade nationale de la police judiciaire pour des irrégularités au niveau du pôle urbain Madinat Badès à Al Hoceima, développé par le promoteur. L’instruction de l’affaire étant toujours en cours, la décision de radiation de la cote intervient pour éviter une suspension à rallonge, expliquent des sources à la CDG.

Avec la CGI qui quitte la Bourse de Casablanca, le marché perd un de ses titres phares. La valeur qui a fait son entrée à la cote en juillet 2007 pèse aujourd’hui plus de 13 milliards de DH en capitalisation, soit 3% de la valorisation totale du marché. Sa sortie est bien évidemment préoccupante pour la place casablancaise qui a plutôt besoin de nouvelles recrues pour regagner en dynamisme.

La radiation amène aussi une autre grande question quant au devenir de l’ambitieux programme d’investissement de la CGI, englobant une multitude d’acquisitions foncières et la réalisation de programmes immobiliers dans différentes villes du Royaume et dans plusieurs pays d’Afrique, pour lequel le promoteur a d’ailleurs levé récemment un emprunt obligataire de 1,5 milliard de DH. L’incertitude guette aussi la commercialisation des programmes en cours du promoteur dont les projets d’envergure de la Marina de Casablanca ou encore Casa Green Town à Bouskoura, sur lesquels la CGI a déjà fortement investi. Le groupe CDG et CDG Développement répondent à cela que la CGI ne sera pas livrée à elle-même et qu’elle continuera à bénéficier d’un soutien dans son développement.