Pourquoi des clémentines de petite taille et à  un prix élevé ?

Les fruits sont de taille médiocre et le kilo est vendu autour de 10 DH.
Les producteurs ont commencé par la cueillette du petit calibre non exportable en raison d’une maturation tardive de la production.

Cette année, les amateurs de clémentines et mandarines ont été déçus. Les premiers fruits apparus sur le marché, à la mi-octobre, n’ont pas le calibre et les caractéristiques habituelles, trop petits, pas assez colorés et faiblement sucrés. Pour ne rien arranger, le prix reste au-dessus de la normale, autour de 10 DH le kg.
Pourquoi cela alors que le Maroc a vécu une excellente année agricole. Un des éléments de réponse est la cueillette sélective en début de campagne. En effet, les producteurs se sont contentés jusqu’à présent de récolter le petit calibre non exportable.
Autre facteur, explique Ahmed Derrab, secrétaire général de l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (Aspam), cette campagne est plus tardive que la précédente, en raison des conditions climatiques (fortes précipitations et inondations) qui ont prévalu au cours du cycle des petits fruits d’agrumes. Sans compter que les chaleurs élevées de septembre et octobre n’ont pas permis la coloration normale des fruits. Les producteurs espèrent l’arrivée des précipitations et un radoucissement du climat permettant la bonne coloration des fruits et la réduction des frais de déverdissage (opération de traitement des agrumes qui permet de transformer la couleur verte de leur peau en une couleur qui leur donne l’aspect d’agrumes mûrs). Selon M. Derrab, la récolte des petits fruits commence réellement cette première semaine de novembre. Par conséquent, les tonnages seront plus significatifs tant pour l’export que pour le marché intérieur, et l’on s’attend, à la fois, à l’arrivée de fruits de bon calibre et à un retour progressif des prix à la normale.
Le ministère de l’agriculture prévoit une production totale de 1,356 million de tonnes répartis entre 581 000 tonnes de petits fruits dont 403 200 de clémentines, et 775 110 t d’oranges (54,9%).

Les exportations en baisse de 24%
Pour le moment, il se dégage des statistiques de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE) que les expéditions de clémentines portaient sur 29 335,3 t, au 1er novembre, contre 38 705 pour l’égale période de la campagne 2008-2009, soit une chute de 24,2 %. Par exemple, aucune quantité de clémentines de la variété Nules (une mutation de la clémentine «Fina» qui fut découverte en 1953, dans la ville de Nules, à Castellon, en Espagne) n’a encore été expédiée, alors qu’on en était à 1 350 tonnes au 1er novembre 2008.
Cette faiblesse des tonnages exportés s’explique, en plus de la tardiveté de la campagne, par le traumatisme des producteurs, désenchantés par les résultats de la précédente campagne.
En effet, la commercialisation des oranges  a été en deçà des espérances en raison de la crise internationale et des retards de paiement (certaines factures traînent encore).
A ce propos, il est important de signaler que le Maroc traite essentiellement avec les grands groupes d’importateurs, et ceux-ci n’ont pas eu les facilités de financement dont ils bénéficiaient les années précédentes, d’où les problèmes de paiement.