PortNet : Entretien avec Jalal Benhayoun, DG de PortNet

Après 5 ans de mise en œuvre, PortNet a permis d’améliorer sensiblement les performances du commerce extérieur. La 5e édition de la Conférence internationale des guichets uniques, un événement aux enjeux stratégiques.

Jalal Benhayoun DG de PortNet
Jalal Benhayoun
DG de PortNet

D’abord rappelez-nous l’historique du chantier PortNet…

Le projet PorNet a été initié en 2008 par l’Agence nationale des ports, en collaboration inclusive avec l’ensemble des parties prenantes du commerce extérieur soucieuses de rehausser la compétitivité des entreprises. Après une phase de préparation organisationnelle et technique, la plateforme PortNet est entrée en phase de déploiement opérationnel pilote au port de Casablanca en mars 2011. Elle a été généralisée à tous les ports commerciaux gérés par l’Agence nationale des ports au courant de l’année 2012. Les années 2014 et 2016 ont été déterminantes pour le Guichet unique national du commerce extérieur grâce à deux chantiers importants. En effet, à partir du mois de septembre 2014, la gestion des titres d’importation est devenue dématérialisée. Elle s’étend, en plus des ports, aux transactions du commerce international transitant via l’ensemble des points transfrontaliers aéroportuaires et routiers. L’année 2016 a été marquée, quant à elle, par la dématérialisation des licences d’exportation : une mesure très attendue par les exportateurs qui devaient à chaque opération se déplacer à Rabat pour effectuer cette démarche.

Qu’est-ce que le guichet unique Portnet permet concrètement aux opérateurs du commerce extérieur ?

Actuellement, plus de 26000 usagers de la plateforme (20 000 importateurs et exportateurs, 16 banques, 7 administrations publiques et ministères et des centaines d’opérateurs privés, de transitaires et d’agents maritimes) exécutent au quotidien leurs opérations via le guichet unique. Plusieurs opérations sont dématérialisées et prises en charge sur PortNet. Il s’agit notamment de la gestion des titres d’importation, la gestion anticipée des escales des navires dans tous les ports de l’ANP et les démarches d’enlèvement des marchandises des points de passage transfrontaliers. Il faut signaler qu’à partir du 1er juillet 2016, date de l’entrée en vigueur de l’amendement de la convention SOLAS relatif à la nécessité de pesage des conteneurs à l’export, les paramétrages nécessaires ont été faits au niveau de la plateforme PortNet pour que ladite information y transite.

Quel en est l’impact sur les performances du commerce extérieur?

Après environ 5 ans de sa mise en service, PortNet a permis une réduction significative des délais de toutes les procédures portuaires, et partant l’amélioration continue des performances de la chaîne de valeurs du commerce extérieur. In fine, cela équivaut à moins de coûts pour l’entreprise, ce qui lui permet de gagner en compétitivité. En effet, le délai de séjour moyen des conteneurs est passé de 13 jours à 5,72 aujourd’hui. La domiciliation des titres d’importation ne nécessite plus que 2h37 en moyenne,. Aussi, le délai d’inspection a été écourté considérablement grâce à la plateforme, il est de 1,5 jour en moyenne.

Quelles sont les points d’amélioration de la plateforme PortNet selon le retour d’expérience des usagers ?

Nous travaillons en étroite collaboration avec l’ensemble des partenaires des secteurs privé et public pour l’optimisation et l’amélioration continue de trois piliers du commerce extérieur. A commencer par la fluidification et la traçabilité des mouvements de marchandises à l’import et à l’export. Le deuxième axe est la coordination proactive pour échanger des informations et des données associées aux produits grâce à la numérisation, l’échange dématérialisé et l’interconnexion de l’ensemble des systèmes d’information des acteurs du commerce extérieur au guichet unique. Et en troisième lieu, le développement de nouveaux mécanismes par rapport au paiement électronique de toutes les factures des services liés aux opérations d’importation et d’exportation fournies par tous les acteurs de la communauté (autorité portuaire, douane, opérateurs de manutention, laboratoires, etc.). Notre objectif ultime étant toujours le même : doter notre communauté d’un outil accélérateur de compétitivité grâce à l’intégration de la supply chain d’import/export.

Marrakech accueillera la 5e édition de la Conférence internationale des guichets uniques. Quels sont les enjeux de cet évènement pour les opérateurs et administrations marocains ?

Compte tenu de l’importance qu’attache notre pays à l’augmentation du niveau de qualité et d’efficacité des services fournis dans les différents points de passage transfrontaliers maritimes, aériens et terrestres, le ministère de l’équipement, du transport et de la logistique et le ministère chargé du commerce extérieur organisent, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, en partenariat avec l’Agence nationale des ports, l’Alliance africaine pour le commerce électronique ainsi qu’un ensemble d’acteurs dans ce domaine, la cinquième édition de la Conférence et exposition internationales sur les guichets uniques qui aura lieu du 5 au 7 septembre 2016 au palais des congrès à Marrakech sous le thème : «Le Guichet unique virtuel du commerce extérieur : l’exigence d’une collaboration inclusive». L’enjeu étant que le développement des chaînes de valeurs du commerce international constitue un levier accélérateur des économies des nations.

Pourquoi le choix du thème de la collaboration inclusive ?

L’organisation de cette édition s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’ensemble des acteurs des secteurs public et privé dans l’amélioration du climat des affaires en faveur de l’écosystème du commerce international dans son sens large du terme. Ceci à travers le partage des dernières tendances en matière de facilitation et de services électroniques visant à fluidifier la logistique du commerce international, améliorer la compétitivité des entreprises avec l’implication de toutes les parties prenantes du secteur, administrations, ministères et opérateurs économiques dans l’établissement d’une approche globale, participative et inclusive. Une approche avec comme principal objectif la sensibilisation sur l’importance stratégique qu’il convient d’accorder par tous les acteurs à l’intégration des chaînes de valeurs du commerce international, laquelle constitue un avantage concurrentiel indéniable. Cette édition sera également une occasion unique pour le développement des moyens adoptés à travers l’exposition des dernières solutions innovantes, l’échange d’expériences et la coordination des efforts dans le domaine. Le sommet réunira des milliers d’entreprises et plus de 50 délégations internationales dont plus de 25 pays africains, ainsi que de nombreux acteurs nationaux et des experts internationaux.