Politique de la ville : 32 projets conventionnés jusqu’à  présent

L’approche choisie par le ministère de l’habitat porte sur le développement intégré des villes, le traitement des constructions menaçant ruine et la relance des villes nouvelles. Près de 21 000 habitats menaçant ruine sont déjà  couverts et 22 770 restent à  traiter.

Voilà deux ans que la politique de la ville a été mise sur les rails par le ministère de l’habitat. Et si la tutelle a bien veillé à mettre en avant ce programme national visant à rehausser la qualité des villes sur plusieurs plans, il faut admettre que l’on a encore du mal à déterminer en quoi il consiste concrètement, y compris parmi les membres du gouvernement, confie le ministre de l’habitat, Nabil Benabdellah. Pourtant, la politique de la ville a induit à ce jour des réalisations consistantes qui se divisent en trois catégories de programmes.

La première regroupe des projets de développement intégré des villes (renforcement d’infrastructures, équipements socio-économiques, équipements de proximité…). Ceux-ci sont réalisés à travers des contrats de ville qui fixent un ensemble de chantiers budgétisés et convenus entre les collectivités territoriales et les départements ministériels. De grands centres urbains en ont déjà profité, notamment Tanger (à travers le programme Tanger Métropole), Marrakech (qui a bénéficié du programme Marrakech Cité du renouveau permanent) ou encore Rabat (Rabat ville lumière), Casablanca, Fès, Kénitra, Tétouan, Agadir… Des programmes de développement intégrés ont aussi été déployés au niveau d’une trentaine de petites et moyennes villes (Al Hoceima, Ifrane, Ouarzazate, Khémisset…) et d’une dizaine de centres urbains (Sidi Yahya Zaër, Assa-Zag, Ben Ahmed…).

La deuxième catégorie de projets porte sur la réhabilitation des anciennes médinas. Ainsi, 4 086 constructions ont été remises à niveau en 2012 et 9 068 ont fait l’objet de conventions depuis 2013 à Casablanca, Fès, Azrou, Beni-Mellal… Enfin, 7 809 constructions sont programmées pour 2014 à Sefrou, Meknès, Larache… Mais il reste bien du chemin à faire en la matière. En effet, 43 734 constructions menaçant ruine ont été dénombrées lors du dernier recensement national effectué en 2012. Avec tout ce qui a été couvert jusqu’à présent, il reste encore 22 771 constructions à traiter et celles-ci sont à programmer au titre de 2015 dans le cadre de conventions, annonce le ministère de l’habitat. Cela ne règlera toutefois pas définitivement le problème car depuis le recensement de 2012, de nouvelles constructions menaçant ruine sont apparues «en raison notamment des précipitations», explique le ministère de l’habitat.

Une agence dédiée à la rénovation urbaine et à la réhabilitation des tissus anciens sera créée

La troisième catégorie de projets déclinée dans le cadre de la politique de la ville concerne les programmes d’accompagnement et de relance des pôles urbains et villes nouvelles. Les initiatives de ce genre sont déjà en cours de concrétisation dans les villes nouvelles de Tamesna (dans les environs de Rabat) et Tamansourt (en périphérie de Marrakech) pour des investissements respectifs de 537,8 MDH et 1,4 milliard de DH. Suivront le programme de Chrafate, près de Tanger, qui est en cours d’approbation et dont l’enveloppe est déjà fixée à 791,5 MDH et le plan de Lakhyayta près de Casablanca qui est en cours d’élaboration.

En tout, la politique de la ville a induit à ce jour 32 projets conventionnés répartis entre les trois catégories citées avec une contribution du ministère de l’habitat de 6 milliards de DH. Il devra également apporter 5 milliards de DH pour 56 autres projets en cours d’étude. Pour réaliser tout cela, le ministère a pris un ensemble de mesures d’accompagnement dont principalement l’extension des attributions du Fonds Solidarité Habitat au financement de l’intégration urbaine menée dans le cadre de la politique de la ville avec au passage la diversification des ressources de financement de ce fonds. D’autres outils sont en cours de mise en place, principalement un projet de loi sur l’habitat menaçant ruine qui va réglementer l’intervention dans ces tissus qui reste actuellement ardue. Une autre loi en préparation concerne la rénovation urbaine. Il est même prévu de créer une agence spécialisée dans ce domaine ainsi que dans la réhabilitation des tissus anciens. En outre, le département de tutelle vient de finaliser un guide de la politique de la ville pour informer les acteurs locaux sur la marche à suivre pour profiter des contrats de la ville.