Poids lourd : les ventes du gros tonnage en baisse de 40% l’année passée

Les autres segments du poids lourd sont touchés par des baisses de moindre ampleur. La coupe dans le budget d’investissement de l’Etat et la crise dans la zone Euro expliquent le marasme. Les ventes annuelles avaient doublé entre 2004 et 2008.

Encore une baisse sur le marché du poids lourd. Les ventes de tous les segments, notamment le gros tonnage, peinent toujours à remonter la pente depuis le pic de 2007-2008. «En 2013, le segment des véhicules de plus de 40 t a été le plus touché avec 40% de baisse par rapport à 2012 et 75% par rapport à 2008», rapporte un membre du Groupement du poids lourd et de la carrosserie (GPLC). Ce segment correspond au gros matériel porteur et tracteur, notamment les camions bennes exploités généralement dans les carrières et les grands chantiers de BTP. Selon le directeur général d’un concessionnaire de la place, la coupe dans le budget de l’investissement de l’Etat et le ralentissement de l’activité qui s’en est suivi a poussé la majorité des opérateurs, qui comptaient s’agrandir ou renouveler leur parc, à retarder les achats. «Plusieurs entreprises ont préféré continuer d’exploiter un matériel vétuste vu que la baisse d’activité était visible et les signes de reprise ne se sont pas manifestés», ajoute le DG. En plus du marasme observé dans le BTP et la construction, la crise internationale, notamment en Europe, premier partenaire commercial du Maroc, a touché le transport de marchandises et la logistique d’approche et a eu, par conséquent, un effet néfaste sur les ventes des camions remorques et semi-remorques.

Il faut dire qu’entre 2004, première année après l’entrée en vigueur de la loi sur le transport, et 2008, le nombre global de véhicules industriels vendus annuellement est passé de 5 100 unités à 10 200, soit un doublement. Les augmentations ont concerné tous les segments, avec une très forte variation positive entre 2004 et 2007 et une hausse plus modérée entre 2007 et 2008. Mais à partir de 2008, l’on assiste à une décroissance systématique de tous les segments. «Entre 2002 et 2008, les ventes de poids lourds ont progressé de 120%. Puis s’en est suivie une baisse de 70% entre 2008 et 2013, sur tous les segments. C’est dire que le marché est revenu aux volumes de ventes de 2003», explique la source du GPLC. En 2012, 800 unités de gros tonnage (40 t), 300 unités de 19 à 32t, 1 500 de 8 à 19t et autant  d’unités de 3,5 à 8t ont été commercialisées.

Les concessionnaires peu optimistes pour 2014

Selon les professionnels, le marché semble être en saturation vu le rythme des grands chantiers et de la conjoncture que traverse l’activité économique. Il s’agit selon le GPLC d’une digestion des volumes par les opérateurs, vu la croissance très élevée au cours des années précédentes. Le marché n’est pas très optimiste par rapport à une éventuelle reprise. «Nous nous attendons à une poursuite de la baisse en 2014. Il n’y a pas d’éléments exceptionnels qui peuvent inverser durablement la tendance», prédit le DG d’un grand distributeur. D’autres opérateurs plus confiants, dont le président Afrique du Nord du leader Volvo, affirment qu’ils peuvent récupérer en 2014, vu qu’historiquement le marché se situe à des niveaux plus élevés que ceux réalisés aujourd’hui.

Cela dit, le GPLC planche sur une étude approfondie pour faire le diagnostic de l’existant et un benchmark avec des pays de même degré de maturité. Une analyse très détaillée de l’évolution des ventes, du potentiel, des normes et de la réglementation du marché ainsi que les différentes carences sera effectuée, avec pour but de trouver des solutions qui peuvent permettre au segment de renouer avec la croissance.