Plan Maroc Vert : deux nouveaux projets pour 1,4 milliard de DH

Situés à  Ouazzane et dans le Sud, les projets visent l’amélioration des procédés de l’irrigation et l’organisation de la transhumance. Ils auront un impact réel sur les populations : amélioration du revenu net à  l’hectare de 600% et création de 1,5 million d’emplois directs et indirects.

Le Plan Maroc Vert continue sur sa lancée. Deux nouveaux projets portant sur 1,4 milliard de DH d’investissements seront lancés prochainement grâce à un don qatari (1,1 milliard de DH) spécifique au secteur agricole dont les conventions viennent d’être signées à Rabat.
Selon le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, le premier projet, d’un montant de 520 MDH dont 415 millions financés par le don, concerne un programme d’irrigation du périmètre Asjen situé dans la province de Ouazzane.

Ce projet va permettre, entre autres, la valorisation des ressources en eau d’irrigation mobilisée depuis le barrage Oued El Makhazen avec l’extension de l’irrigation sur une superficie de 2 500 hectares ; l’accroissement des revenus des agriculteurs à travers la diversification des cultures et la valorisation des produits agricoles ; l’aménagement et l’équipement de 2 500 hectares de techniques économiques en eau d’irrigation ; le renforcement de la capacité des organisations, des associations professionnelles et l’exploitation durable des ressources naturelles .

L’aménagement hydro-agricole du périmètre Asjen va permettre d’atteindre un taux de rendement de 17% et l’accroissement du revenu agricole net par hectare de 613%, le portant ainsi de 5 160 à 36 800 DH à l’hectare.
Etalé sur une superficie de 16 millions d’hectares, le deuxième projet concerne le développement des parcours et l’organisation de la transhumance dans les parcours saharien et semi-saharien au niveau des régions de Souss-Massa-Draa et Guelmim-Essmara. Il nécessite un investissement de près de 925 MDH dont 740 millions financés par le don qatari. Son objectif est l’aménagement et l’équipement des parcours à travers la création de réserves pastorales ; la préservation de la diversité biologique ; l’organisation de la transhumance et l’encadrement et l’organisation des éleveurs transhumants dans des coopératives pastorales; et l’accroissement des revenus des éleveurs.

«Ce projet à caractère social, économique, environnemental et culturel aura des effets très positifs sur les populations concernées, notamment la création de 300 postes d’emploi directs et permanents, la création de 1,2 million de postes de travail au niveau des chantiers programmés, l’amélioration des conditions d’accès aux services sanitaires au profit de 3 000 familles, et l’amélioration de la productivité des parcours à travers la production de 13 millions d’unités

pastorales supplémentaires par an», affirme-t-on auprès du ministère de l’agriculture et de la pêche maritime. Selon la tutelle, le deuxième projet contribuera aussi au désenclavement des zones concernées par le programme à travers la création de chemins pastoraux sur une distance de 400 km. Notons que les appels d’offres relatifs à ces deux projets seront lancés début 2015.
Il reste à souligner que ce don fait partie de la première tranche des versements promis par le Qatar, soit 4,2 milliards de DH sur les 10,5 milliards promis au Maroc.