Plan Emergence : 15 000 emplois créés et 9 milliards de DH d’exportations en plus au cours de l’année 2010

Le bilan a été présenté lors des IIe Assises de l’industrie le 5 mai. Les plateformes industrielles intégrées connaissent quelques retards.

Il est peut-être prématuré pour affirmer que l’objectif sera atteint, mais la mise en œuvre du plan Emergence semble être sur la bonne voie. Le bilan des réalisations présenté jeudi 5 mai par le ministre de l’industrie et du commerce, Ahmed Chami, à l’occasion des Assises de l’industrie, montre que le «Plan national pour l’émergence industrielle», lancé en février 2009, commence à donner ses fruits. En 2010, 15 000 emplois ont été créés dans les 4 nouveaux métiers du Maroc que sont l’offshoring, l’automobile, l’aéronautique et l’électronique. Ces quatre secteurs employaient à fin 2010 près de 115 000 personnes contre 100 000 à fin 2009. De même, les exportations ont connu une progression plus que respectable. Elles étaient à 26 milliards en 2009 et ont progressé de 36,5% pour atteindre 35,3 milliards DH en 2010. Certes, il y a eu la reprise économique mondiale, mais le taux de croissance va au-delà d’un simple retour à la normale.

Le foncier, encore le foncier, toujours le foncier

Sur d’autres volets, il reste encore du chemin à faire. C’est l’exemple des plateformes industrielles intégrées (P2I), ces zones industrielles nouvelle génération destinées justement à donner plus de visibilité et de cohérence à l’offre Maroc. Si sur les 14 sites programmés (non compris les nouvelles zones d’activité et les anciennes zones industrielles à réhabiliter) une majorité semble être en phase avec les prévisions en terme de délais, quelques-unes connaîtront du retard à cause de problèmes d’ordre foncier. C’est le cas particulièrement de la P2I de Ras El Ma à Fès (425 ha) confiée à TMSA, celle de Settat (382 ha) qui sera aménagée par Ditema et, enfin, celle de Casablanca pour laquelle aucun site précis n’a encore été définitivement identifié. A ces trois cas, il faut rajouter les projets de Marrakech Shore, Tanger Automotive city et Nouasseur Aerospace city qui, de l’aveu du ministre de l’industrie, risquent eux aussi de connaître un léger retard.
Hormis cela, et pour les autres volets, comme la formation, le climat des affaires ou encore la compétitivité des entreprises, les indicateurs sont globalement au vert. Lors de la deuxième édition des Assises de l’industrie tenue jeudi 5 mai à Casablanca, Ahmed Chami a eu l’occasion de revenir aussi sur les fondamentaux du Pacte national pour l’Emergence et les objectifs fixés. Le contrat programme comporte 111 mesures concrètes dont la réalisation est assignée au public et au privé sur la période 2009-2015. A la fin de cette période, le plan devra permettre, en principe, une augmentation du PIB industriel de 50 milliards DH, un volume additionnel d’exportations de 95 milliards de DH et surtout la création de 220 000 nouveaux emplois.