Plan d’urgence de Casablanca : les premiers marchés pour les espaces verts lancés

Ils concernent la plantation de palmiers sur les axes principaux de la ville, l’aménagement de jardins et parcs et l’aménagement des boulevards et carrefours. 60 MDH sont en cours d’attribution.

Cinq mois après l’annonce d’un plan d’actions prioritaires (PAP) pour Casablanca, la métropole est en passe de changer de visage, sur le papier en tout cas. Cette fois-ci, ce sont les espaces verts qui sont concernés puisqu’une série d’appels d’offres pour l’aménagement de nouveaux espaces vient d’être publiée. Comme le prévoient les mesures décidées par le PAP dédiées aux espaces verts, 5 nouvelles prestations doivent s’ajouter aux marchés habituels, à savoir la plantation de palmiers sur les axes principaux de la ville, l’aménagement de jardins et parcs, l’aménagement des boulevards et carrefours, l’aménagement des axes pénétrants de la ville, et enfin l’aménagement de la voie rapide RP 35. Sur ceux-ci, les appels d’offres concernant les trois premières prestations viennent d’être effectivement lancés. Nous pourrons, par exemple, connaître les offres relatives au marché des «travaux d’aménagement paysager et équipement des espaces verts d’accompagnement des boulevards et carrefours de la Ville de Casablanca» le 3 juillet. 8 lots ont été identifiés dans le cahier des charges répartissant les différents emplacements concernés. Avec des budgets allant de 2,8 à 4,8 MDH maximum pour chaque lot, le coût total de ce marché est estimé à 28,13 MDH. Les travaux devront être exécutés dans les 6 mois suivant la notification de l’ordre de service.

Une enveloppe de 200 MDH est prévue pour les espaces verts

Il y a quelques jours déjà, il a été procédé à l’ouverture des plis de l’appel d’offres relatif aux travaux d’aménagement des espaces verts et de plantation au niveau de la préfecture d’Aïn Sebâa-Hay Mohammadi pour 2,25 MDH. Ce marché a été lancé en même temps que celui lié à l’aménagement des trottoirs et celui du ravalement des façades de la même zone ; ces 3 marchés nécessitant un investissement de 7,55 MDH. De la même façon, l’aménagement de deux jardins dans l’arrondissement de Hay Hassani pour près de 560 000 DH a fait l’objet d’une consultation. A ces premiers appels d’offres s’est ajouté récemment celui relatif aux travaux de réhabilitation et de restauration du Parc de Palestine, dans le quartier Belvédère, dont le coût est estimé à 5,6 MDH.
Enfin, deux importants marchés concernant deux lots distincts de parcs et jardins à travers Casablanca ont été lancés ce mois-ci. Le premier lot concerne par exemple le jardin du Lac Hay Hassani, le jardin Route Azemmour, le jardin préfecture Ain Chock et le jardin Al Hank. Quant au lot 2, il inclut le parc préfectoral My Rachid, la 2e tranche du jardin Al Azhar, le jardin Jaouhara, le jardin Espaces Sportif Bernoussi et le jardin Drissia. Pour ces deux marchés, l’ouverture des plis doit se faire le 10 juillet.
Avec ces nouveaux marchés, représentant un coût global estimé à près de 60 MDH, la division des espaces verts de la Ville de Casablanca met en œuvre les mesures prises par le plan d’urgence décidées en février dernier. Les deux prestations restantes sont actuellement en cours d’étude et seront ouvertes à la concurrence prochainement. Rappelons qu’une enveloppe de près de 200 MDH est en cours de déblocage pour les seuls espaces verts.