Plan de sauvetage pour quatre millions de commerçants et d’artisans

Un package comprenant financement de la modernisation, couverture sociale et logement sera proposé.

Les trois ministères des Affaires économiques générales, du Commerce et de l’industrie, du Tourisme et de l’artisanat, sont au chevet des artisans et des commerçants. Lors d’une réunion tenue en début de semaine à Rabat, ces ministères ont décidé de la création «d’un groupe de travail chargé de réfléchir sur une stratégie destinée à améliorer la situation économique et sociale de cette tranche de la population», indique une source proche du dossier.
L’idée de base est de proposer à ces catégories socioprofessionnelles (3 à 4 millions de personnes) des packages comprenant un accompagnement économique et des services à caractère social.
Sur le plan économique, il s’agit de mettre à leur disposition des possibilités de financement de leur activité afin qu’ils soient en mesure de mettre à niveau leur outil de production.
Du point de vue social, le package comportera des produits de couverture médicale, de sécurité sociale et de retraite. Ce volet concernera également la facilitation de l’accès au logement.

Huit à dix semaines pour définir les grands axes de la stratégie
Bref, les autorités ont décidé d’accompagner de manière un peu plus volontariste des activités qui emploient un nombre considérable de personnes, mais qui, jusque-là, prennent très ou trop lentement le chemin de la modernisation. Le chantier est de taille et le groupe de travail est invité à s’y consacrer durant les 8 à 10 prochaines semaines. Le dead line est certes précis, mais comme le précise notre source, «il ne s’agit que d’une réflexion et d’une définition des axes». Il ajoute qu’un suivi hebdomadaire des travaux sera assuré dans le cadre de réunions ministérielles.
Effectivement, la réflexion doit être bien encadrée puisque le groupe ne travaille pas sur un terrain vierge. D’abord, au niveau de la couverture médicale, les propositions ne risquent-elles pas de faire doublon avec la réflexion menée au niveau de l’AMO (assurance-maladie obligatoire) dont l’entrée en vigueur est prévue pour janvier 2005 ? Ensuite, le groupe de travail devra prendre en compte l’expérience d’Addamane Al Hirafi lancée il y a quelques années. Ce produit d’assurance cumulant une garantie retraite, une indemnité de décès ou d’invalidité, une indemnité journalière d’hospitalisation, une assurance contre l’incendie et une garantie en couverture de prêt n’a pas eu le succès escompté et gagnerait à être révisé

Les trois ministères concernés ont décidé de la création d’un groupe de travail chargé de réfléchir sur une stratégie destinée à améliorer la situation économique et sociale des commerçants et artisans.