Plan Biladi : une deuxième station opérationnelle, deux autres à  venir

La station d’Imi Ouaddar, au nord d’Agadir, a ouvert ses portes le 1er juillet. Le camping de la station Mehdia est également opérationnel. La Société marocaine d’ingénierie touristique s’active sur les stations de Ras El Ma et Benslimane qui seront aménagées par Asma Invest.

C’est officiel, la deuxième station Biladi -après celle d’Ifrane- est ouverte. Depuis le 1er juillet, la station d’Imi Ouaddar, à 30 km au nord d’Agadir sur la route côtière qui mène à Essaouira, peut en effet accueillir ses premiers vacanciers. La quasi-totalité du complexe hôtelier, baptisé Lunja Village, est prête, tout comme la partie «animation». Il ne reste plus que les deux campings -un pour les tentes et un pour les caravanes- qui seront livrés prochainement, de même que l’aquapark. La partie résidentielle, non hôtelière, le sera quant à elle au cours du second semestre de cette année. Sur place, les estivants peuvent profiter de 6 piscines, de 4 terrains de sport et de 2 terrains de pétanque, d’un restaurant principal, de 3 salons de thé, d’un bar (avec licence d’alcool), d’un kids’club, ou encore d’une plage privée en cours d’aménagement. Côté infrastructures annexes, le marché de la station de traitement des eaux usées est en cours d’adjudication.

Développée par la Compagnie générale immobilière (CGI), filiale de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), et gérée par la société marocaine Continental Bay tout comme la station d’Ifrane, la station d’Imi Ouaddar s’étend sur 33 ha et aura nécessité un investissement de 773,7 MDH. Elle offre déjà plus de 500 unités d’hébergement pour une capacité totale d’environ 2 300 lits, répartis entre les résidences hôtelières horizontales (chalets-villas) et la résidence hôtelière verticale (appart-hôtels et suites). A terme, la station disposera de 6 844 lits, dont 5 116 dans la partie hôtelière et 1 728 dans la partie résidentielle.

Les prix des nuitées vont de 100 DH (camping) à 500 DH (chalet). «Pour ce premier été, nous allons démarrer en soft opening. Ensuite, la station sera proposée sur les canaux habituels», explique Imad Barrakad, président du directoire de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT). D’ores et déjà disponible à la vente chez les agences de voyages ou en direct, Lunja Village sera prochainement commercialisée par des tour-opérateurs étrangers. «Malgré sa toute récente ouverture, nous nous attendons à afficher complet en août», affirme Abdeljebar Chahdan, directeur des ventes et du marketing du complexe.  

L’identification des terrains est en cours à Marrakech et Martil

Du côté de la station Mehdia aussi, les premières infrastructures, à savoir les parties «camping» et «animation», seront disponibles dès cet été. Les autres projets du Plan Biladi sont les stations de Ras El Ma, Benslimane, Sidi Abed, Marrakech et Martil. La SMIT se concentre déjà sur les deux premières. «Pour la station de Ras El Ma, une convention avec l’investisseur maroco-saoudien Asma Invest a été signée en décembre dernier et le premier comité local de suivi s’est déjà réuni. L’autorisation de construire sera bientôt déposée. Pour Benslimane, qui sera également aménagée par Asma Invest, nous sommes en train de mobiliser l’assiette foncière pour un nouveau terrain, car celui initialement prévu n’a finalement pas convenu.

Nous espérons pouvoir déposer les autorisations de construire l’année prochaine. Pour ces deux stations, les futurs gestionnaires sont en cours d’identification. Enfin, pour Sidi Abed, développée par CMKD, l’ensemble des études a été réalisé. Nous attendons que la justice statue sur un litige entre propriétaires pour le foncier», annonce M. Barrakad. A Marrakech et Martil, l’identification des terrains est en cours. Enfin, la commercialisation des RIPT d’Imi Ouaddar démarrera dès que l’autorisation d’exploitation aura été formellement transmise à Continental Bay.

Un taux d’occupation moyen de 50% à Ifrane

Lancé en 2007, le plan Biladi doit renforcer l’offre destinée au tourisme interne. Il faut dire que la demande est là. Depuis son ouverture en 2011, la station d’Ifrane rencontre un franc succès. «Elle a connu un taux d’occupation moyen de 50% en 2013 et de 70% au mois d’août de la même année. Pour nous, c’est un succès qui a porté le taux d’occupation de la région elle-même. La clientèle est principalement marocaine et reste en moyenne 2 jours, jusqu’à 5 en haute saison», révèle M. Barrakad. Aujourd’hui, la SMIT s’adapte. «Nous allons avancer en fonction de la demande. Aujourd’hui, la demande est forte et segmentée» avoue le directeur.

La SMIT envisage par exemple d’orienter les stations, autant que possible, vers le développement durable et de revoir les campings. «Comme il n’y a pas de forte demande pour le camping à Ifrane (qui n’est pas encore livré, ndlr) nous avons préféré adapter le projet de camping en réduisant notamment sa surface. Sur les futurs campings des prochaines stations aussi nous comptons nous adapter en ajoutant notamment des mobil-homes», conclut M. Barrakad.