Petite agriculture : le Maroc partage son expertise avec le Sénégal

45 MDH mobilisés par le Royaume pour distribuer des crédits aux petits exploitants sénégalais. La Fondation Mohammed VI pour le développement durable, le Crédit Agricole du Maroc, la BCP et le ministère de l’agriculture prendront en main ce partenariat.

Le Maroc veut faire bénéficier le Sénégal de son expertise acquise dans le cadre du Plan Maroc Vert. Un partenariat pour l’accompagnement de la petite agriculture et du milieu rural vient d’être signé par les deux pays en présence de S.M. le Roi Mohammed VI en visite officielle au Sénégal. Une enveloppe de 45 MDH est ainsi prévue pour le financement des petits exploitants. Quatre acteurs marocains, en l’occurrence la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, le Groupe Crédit Agricole du Maroc, le Groupe Banque centrale populaire et le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime seront mis à contribution dans ce partenariat.

La Fondation Mohammed VI pour le développement durable apportera son expertise en matière de développement social et solidaire, ainsi qu’un apport financier de 11 MDH sous forme de don pour la création d’un fonds de garantie, avec le soutien du ministère de l’économie, des finances et du plan de la République du Sénégal, dédié à la couverture des prêts accordés aux petites exploitations agricoles par Atlantic Microfinance for Africa (AMIFA), filiale du Groupe Banque centrale populaire. Quant au Groupe Crédit Agricole du Maroc, il mettra à disposition son expertise en matière d’ingénierie de financement et une contribution financière directe à hauteur de 17 MDH, selon Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture et de la pêche maritime. Le Groupe Banque Centrale Populaire via l’AMIFA, déjà implantée au Sénégal, apportera une contribution financière additionnelle de 17 MDH, en plus de l’accès à ses réseaux et l’utilisation de son back-office. Enfin, le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime apportera son expérience issue du Plan Maroc Vert, en matière de gestion des projets et de cadrage stratégique.

Un accord sur un plan d’aménagement de la pêche au poulpe est aussi signé

Selon M. Akhannouch, ce partenariat permettra de toucher directement près de 7 000 petits agriculteurs et près de 70 000 cumulés sur 5 ans. Cette aide s’inscrit dans le cadre d’une coopération agricole déjà très active entre le Maroc et le Sénégal. Les acteurs vont capitaliser sur l’expérience déjà acquise dans ce cadre et les nombreux échanges existants, que ce soit en matière de formation, de transferts de technologie ou d’appui financier.

Pour mettre en pratique cette coopération, une convention de partenariat pour la mise en place d’un dispositif de financement a été signée par les officiels et les représentants des banques des deux pays. De même qu’un mémorandum d’entente pour la mise en œuvre d’un plan d’aménagement de la pêche au poulpe entre le gouvernement marocain et le gouvernement de la République du Sénégal. Il a été signé par le ministre sénégalais de la pêche et de l’économie maritime, Oumar Gueye, et Aziz Akhannouch. Ce plan sera réalisé en cinq étapes et vise pour l’essentiel la préservation et la valorisation du poulpe, la reconstitution du stock de cette ressource, ainsi que la sauvegarde des impacts socio-économiques de cette espèce. Notons que le Souverain a remis aux autorités sénégalaises un don du Royaume du Maroc sous forme de 12 zodiacs pour le sauvetage en mer et le contrôle des activités de la pêche.