Du poisson initialement destiné à l’export vendu à bon prix sur le marché local

‘’Un poisson de qualité à un prix raisonnable’’, c’est le slogan de cette opération expérimentée à Rabat, Marrakech, Agadir et Dakhla.

C’est bien connu, la multiplicité des intermédiaires dans la commercialisation du poisson rend ses prix élevés sur le marché local et limite sa consommation par les Marocains.

Pour endiguer cette situation, des armateurs de la pêche hauturière ont lancé une initiative à travers quelques villes au Maroc depuis le début du mois de Ramadan. Il s’agit de la vente de poisson congelé à bord destiné à l’export à des prix défiant toute concurrence sur le marché local.

« Un poisson de qualité à un prix raisonnable », c’est le slogan de cette opération expérimentée à Rabat, Marrakech, Agadir et Dakhla, indique Aziz Obad, un armateur, initiateur de la démarche.

L’intervenant explique que le but est de doper la consommation du poisson en contribuant à la régulation des prix du produit.

Pour ce faire, les initiateurs de l’opération proposent à la vente du poisson banc, des crustacés et des céphalopodes. A titre d’exemple, les prix du Kg de merlans, de soles, de calamars et de crevettes, sont respectivement de 25, 40, 45 et 80 DH. Une offre donc meilleur marché que ce qui est proposé sur le marché de détail du frais et mieux adaptée au pouvoir d’achat local.

Depuis son lancement, l’opération enregistre visiblement un véritable engouement, sauf à Casablanca où elle a dû être avortée en raison de la vive réaction des vendeurs détaillants de poissons frais qui ont refusé cette nouvelle concurrence sur le marché. ‘

’Dans les autres villes, tout se déroule bien, assure l’armateur. Chaque jour, des camions frigo s’installent dans un lieu autorisé par l’autorité, à partir de midi jusqu’à 17 h’’, précise-t-il.

C’est au pied de la Kasbah Oufellah, à proximité du port de pêche, qu’est mené chaque jour depuis le début du mois de Ramadan ce commerce à Agadir.

Tout au long des après-midi le parking qui accueille les camions frigo vendeurs, ne désemplit pas. ‘’Samedi dernier nous avons servi ici 1200 personnes et écoulé 10 tonnes environ de poisson’’, raconte Aziz Obad.

Pour lui, c’est une expérience qui pourrait se développer à travers la mise en place d’infrastructures dédiées à ce commerce. En attendant elle va surement contribuer au renforcement de la consommation de poissons par les Marocains.

Pour rappel,  la consommation de poissons par les Marocains est en deçà de la moyenne mondiale (13,3 kg / habitant contre 19,3 kg / habitant à l’échelle mondiale). L’objectif du Plan Halieutis, c’est de porter cette moyenne à 16 kg à l’horizon 2020.