Pas d’importation de lait pour ce Ramadan, l’offre locale suffira

Elle a signé deux partenariats avec des plateformes latino-américaines et africaines. Un point de vente sera ouvert au Marché central de Casablanca, avec l’aide d’un opérateur français.

Les pénuries de lait pendant Ramadan sont bien loin. Se basant sur les prévisions de consommation, les industriels planifient maintenant leurs productions en vue d’assurer un approvisionnement régulier du marché durant le mois sacré où une famille consomme en moyenne 21,6 litres contre 15,1 litres pendant un mois normal. Il y a quelques années, les industriels importaient du lait UHT, essentiellement de France, pour faire face à l’augmentation de la demande. Ce n’est plus le cas depuis cinq ans. Aucune importation n’est prévue en juillet, août et septembre étant donné que des stocks sont constitués et que le secteur n’est pas en période de basse lactation (qui s’étend de septembre à mars). Copag n’annonce aucun chiffre, mais assure que «le marché sera régulièrement approvisionné». Quant à la Centrale Laitière qui contrôle 57% du marché, elle affirme disposer d’un stock de 9,9 millions de litres de lait UHT. Lequel stock sera, bien sûr, renforcé. Ainsi, au cours du mois d’août, cette société en produira 6 millions de litres pour des ventes qui devront atteindre les 12 millions de litres. En lait frais, elle prévoit, au cours de Ramadan, une production de 54,5 millions de litres et autant de vendu. Cette production de lait frais devrait tomber à 31 millions de litres en septembre du fait qu’on sera rentré dans la période de basse lactation.
En 2010, le secteur laitier a enregistré une production de 1,5 milliard de litres, correspondant à un chiffre d’affaires de 8 milliards de DH.

400 000 exploitations laitières principalement localisées dans les bassins côtiers

En amont de la filière, on dénombre 400 000 exploitations laitières principalement localisées dans les bassins côtiers (Gharb, Doukkala, Chaouia et Souss-Massa). On notera aussi que 82% des exploitations sont concentrées dans les zones irriguées en raison des potentialités de production. En aval de la filière, on compte 1 070 centres de collecte de lait et 82 usines laitières. Ces chiffres sont appelés à être beaucoup plus significatifs au cours des prochaines années. En effet, dans le cadre du Plan Maroc Vert qui préconise un développement de la filière laitière en vue d’en renforcer la compétitivité à l’horizon 2020, le gouvernement et la Fédération interprofessionnelle marocaine du lait ont signé un contrat programme 2010-2014 pour la mise à niveau de la filière. Parmi les objectifs,  une augmentation de la production qui atteindra 3 milliards de litres en 2014 et 4,5 milliards de litres à l’horizon 2020.