Parquet : la demande en baisse de 5 à  10% depuis le début de l’année

En cause, une consommation hésitante de la part des promoteurs immobiliers dans le haut standing et les bureaux. 70% de la demande provient actuellement des particuliers. Depuis 2005, la consommation a doublé pour atteindre 600 000 m2 par an sous l’effet de la baisse des prix.

Le marché du parquet ne se porte pas au mieux. «Depuis le début de l’année, la demande a baissé de 5 à 10% selon les types de produits», estime Réda Alami, directeur général de RDéco, acteur de référence du secteur avec une part de marché estimée à 55% en 2012. En cause, une demande très hésitante de la part des promoteurs immobiliers sur le segment des bureaux et du résidentiel haut standing, marché de prédilection pour le parquet, quoique ce produit commence à s’étendre au moyen standing. Quand bien même une demande émanerait actuellement des promoteurs immobiliers, «elle donne presque systématiquement lieu à des problèmes de paiement, surtout pour ce qui est des grands projets», insiste Fahd Lazrak, directeur général d’Ambiance Parquet, distributeur à Casablanca.

Cela pousse les opérateurs du secteur à privilégier le marché des particuliers (70% de la demande actuellement), qui s’approvisionnent directement pour les besoins de leurs habitations ou dans une moindre mesure leurs bureaux. En plus de se maintenir, ce segment de clientèle est réputé plus solvable. «Les particuliers versent des avances et paient sans faute à la fin du chantier», précise le DG d’Ambiance parquet. Cela fait qu’à Casablanca (qui avec Rabat représente 70% de la consommation nationale de parquet) la demande est tirée depuis le début de l’année presque exclusivement par les particuliers.

Mais, dans l’ensemble, le marché du parquet régresse actuellement dans la lignée de la tendance observée sur les dernières années. Il n’empêche que depuis son introduction à grande échelle au Maroc depuis 10 ans, le parquet a suscité une demande grandissante. Depuis 2005, la consommation nationale a doublé, voire triplé pour atteindre actuellement 600 000 m2 par an, selon le DG de RDéco, qui précise à titre de comparaison qu’un pays comme l’Allemagne consomme 8 millions de mètres carrés de parquet annuellement.

Les prix démarrent à 160 DH le m2, tout compris

La relative démocratisation du parquet est à lier à une multiplication des distributeurs de ce produit, qui a fait baisser les prix. Le parquet entrée de gamme, précisément le stratifié (industriel) de 7 mm d’épaisseur qui était commercialisé il y a 10 ans à 500 DH le m2, est écoulé actuellement en moyenne à partir de 160 DH/m2 (tous frais compris, à comparer à un coût de 130 DH/m2 pour du carrelage basique).

Les prix du parquet stratifié, qui représente 80% du marché, augmentent proportionnellement à l’épaisseur du produit : les références de 8 mm, utilisées au niveau des bureaux, sont écoulées à 220 DH/m2 et cela peut aller au-delà de 300 DH/m2 pour du 12 mm. Pour sa part, le parquet massif est commercialisé entre 500 et 1 500 DH/m2 dépendamment de l’essence du bois, l’épaisseur… S’ajoute à cela d’autres types de produits tels que le parquet d’extérieur installé généralement en bordure des piscines ou au niveau des terrasses, commercialisé en moyenne à 1 400 DH/ m2.

Quelle que soit la variété, tous les produits commercialisés au Maroc sont importés. Tout au plus 6 importateurs historiques opèrent au niveau national. Ces derniers écoulent leurs produits auprès d’une dizaine de grands distributeurs qui se chargent également de la pose auprès du consommateur final. Mais de nouveaux acteurs perturbent de plus en plus ce circuit traditionnel. Il y a d’abord les importateurs ponctuels qui font entrer au Maroc du parquet stratifié à très bas coût généralement en provenance de Chine. A cela s’ajoute les grandes surfaces spécialisées dans le bricolage. Celles-ci captent de plus en plus la demande des particuliers mais aussi celle des entrepreneurs, avec une offre de parquets d’entrée de gamme proposés à des prix écrasés. En effet, ces distributeurs achètent un nombre limité de références en très grande quantité, ce qui minimise leurs coûts. De fait, leurs prix démarrent à 75 DH, à ceci près qu’il s’agit de tarifs hors taxe n’incluant pas le coût de la pose.

Enfin, une nouvelle tendance sur le marché du parquet provient des promoteurs immobiliers, y compris ceux de grande taille, qui importent eux mêmes leur produits tout comme d’autres produits de construction tels que l’aluminium, les produits de quincaillerie…

En dépit de tous ces facteurs, le marché du parquet au Maroc reste encore peu concurrentiel, de l’avis unanime des opérateurs.