Panneaux publicitaires : 11 100 faces d’affichage à  travers le pays

Le chiffre d’affaires de l’affichage public a atteint 976 MDH en 2008 contre 620 MDH en 2006. Une progression de 56% en quatre ans.
L’affichage capte 25% des dépenses de communication.

A ussi longtemps qu’il sera nécessaire de garder un œil sur la route, l’affichage public restera encore la façon la plus simple pour un annonceur de se donner de la visibilité, sans courir le risque d’être «zappé». Les statistiques parlent d’elles-mêmes : 976 MDH sur les 4 milliards dépensés en communication, ont été captés par l’affichage en 2008. La progression est régulière et constante, puisque les annonceurs avaient déboursé 830 MDH en 2007, 750 MDH en 2006 et 626 MDH en 2005, soit une progression de 56% en quatre ans. De manière globale, bon an mal an, l’affichage public représente le quart du marché de la communication et progresse d’année en année. Selon le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM), il y avait l’équivalent de 5 766 faces d’affichage (un panneau peut en comporter plusieurs) en 2006, période à laquelle de nouvelles autorisations pour les villes de Casablanca et Rabat ont été délivrées. La multiplication des panneaux en plus de la mise en place d’affiches roulantes qui permettent de présenter huit faces (4 de chaque côté du panneau) au lieu de deux ont quasiment doublé le nombre de faces disponibles. Elles sont alors passées à 10 763 en 2007 puis 11 010 à la mi-2008 et aujourd’hui ce sont pas moins de 11 120 faces qui sont proposées aux clients

L’affichage dynamique, une nouvelle tendance
Le créneau est on ne peut plus porteur, même s’il y règne encore des disparités. «Il n’y a pas de réglementation fixe, les redevances dues aux communes varient d’une ville à l’autre et de nombreux intervenants officieux existent», explique un publicitaire. Par ailleurs, les publicitaires n’ont d’autre choix que de se tourner vers des supports alternatifs de communication et d’affichage. Ainsi, dans l’affichage public, 70% sont des affiches 4×3 m, 13% des panneaux sucettes et 6% des façades murales. Et le secteur n’arrête pas d’attirer de nouveaux arrivants dont certains, pour se démarquer, tentent d’innover. C’est le cas précisément de l’affichage dynamique. Depuis deux ans, on voit apparaître des écrans géants qui diffusent de la publicité, suite à la première initiative de MedK et son écran disposé sur la façade du siège de BMCE Bank. L’affichage dynamique représente aujourd’hui 2,5% de la part globale qui va à l’affichage, selon Zhor El Amrani, directrice associée de Dynamique communication multimédia (DCM). Pour elle, la part de ce média dans le budget de communication des entreprises en 2009 devrait doubler, voire quadrupler, selon la conjoncture.