Organisation du Haj : vers une labellisation des agences de voyages

A compter de 2014, les candidats s’inscriront sur une liste unique avant le tirage au sort. A terme, les agences labellisées seront les seules à  pouvoir participer à  l’opération. Les critères sont en cours de négociation avec les autorités.

L’opération du Haj va encore connaître des modifications auxquelles les agences de voyages doivent s’adapter. Le système instauré en 2007 et basé sur le libre choix du candidat au pèlerinage entre le ministère des habous et les agences de voyages s’étant avéré catastrophique pour ces dernières qui ont vu leur quote-part de pèlerins se réduire comme peau de chagrin année après année. Un nouveau système, basé cette fois-ci sur l’inscription des futurs pèlerins sur une liste unique va être adopté pour l’opération Haj de l’année 2014. Le principe est acquis et les modalités de sa mise en place sont en cours de validation au niveau des départements concernés, en l’occurrence les ministères du tourisme, de l’intérieur et des habous, en collaboration avec la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM).

Pour comprendre comment va fonctionner ce nouveau système, il faut remonter à 2007. Auparavant, un tiers du quota accordé par les autorités saoudiennes au Maroc, soit autour de 32 000 pèlerins, était réservé aux agences de voyages. La FNAVM et le ministère du tourisme ont ensuite opté pour le principe du libre choix des pèlerins pour les services du ministère des habous ou de ceux d’une agence de voyages, la différenciation étant faite par deux imprimés différents au moment de l’inscription. Les agences de voyages qui croyaient alors être en mesure d’attirer davantage de clients ont vite déchanté car dès le premier essai qui concernait l’opération Haj 2007, ils ont vu leur part dégringoler à 8 000, soit 26% des pèlerins au lieu des 33% affectés d’office auparavant. Ce qui s’est traduit aussi par une baisse du nombre d’agences participantes, dans la mesure où chaque agence sélectionnée devait réunir au minimum 45 pèlerins pour pouvoir participer directement à l’opération. D’année en année, la part des agences de voyages a continué à chuter jusqu’à atteindre moins de 4 000 pèlerins en 2012. Ainsi, sur la base des 45 pèlerins par agence, ce sont seulement 84 qui ont été sélectionnées pour assurer cette opération. Selon Khalid Majdi, président de la FNAVM, les agences retenues ont malgré tout affiché leur solidarité en associant chacune une deuxième agence, ce qui a permis à 168 agences de participer directement ou indirectement à l’opération.

Les agences seront tenues de verser le règlement des clients sur un compte ouvert à Barid Bank

Mais tout en assurant le Haj de 2012, M. Majdi précise que les professionnels avaient saisi le ministère du tourisme et celui des habous pour instaurer une liste unique au moment de l’inscription, procéder au tirage au sort des pèlerins et laisser en dernier recours les pèlerins choisir entre l’agence de voyages et le ministère des habous. Mais, indique le président de la fédération, «la requête de la FNAVM est restée sans suite». Pour 2013, comme si de rien n’était, l’inscription des candidats au pèlerinage a été lancée sans tenir compte de cet appel. Les autorités responsables de l’organisation du pèlerinage se sont même chargées d’éditer l’imprimé réservé aux agences sans en référer à leur fédération, ce qui a poussé la profession à menacer de boycotter l’édition 2013 pour laquelle elles ont hérité en tout et pour tout que de 3 600 pèlerins…

Pour désamorcer la crise, le ministère du tourisme a annoncé aux professionnels lors d’une réunion qui a eu lieu au  mois de Ramadan écoulé qu’il accédait à leur requête pour l’inscription à l’opération Haj 2014, à condition qu’ils acceptent de participer à l’édition 2013… Ce à quoi les professionnels avaient répondu que cette décision devrait être actée, ce qui fut fait par la Commission royale chargée du pèlerinage en décembre 2012. L’idée qui est derrière l’adoption de cette liste unique est d’aller vers une certaine libéralisation progressive de ce marché qu’est le Haj en remplaçant le concours (au moins 45 inscrits) par une «labellisation» des agences qui ont fait leurs preuves sur la base de critères objets de négociations avec les autorités concernées.

Autre point de discorde qui a aussi trouvé une solution pour l’édition 2014 : au même titre que le ministère des habous, les agences de voyages vont déposer les acomptes ou les paiements de leurs clients sur un compte spécial auprès de Al Barid Bank pour sécuriser l’opération et permettre aux autorités de comptabiliser les clients des agences. Au moment de payer les prestataires de services (compagnies aériennes, hôtels, etc.) pour les clients des Habous, Al Barid Bank devra restituer aux agences les sommes versées pour leur permettre de payer les leurs dans de bonnes conditions.