Open Sky : l’accord Maroc-UE sera signé fin novembre

Les compagnies marocaines
pourront desservir sans restrictions les destinations européennes et vice
versa.
Elles pourront même assurer des liaisons à  l’intérieur
de l’Europe.

Si tout se passe normalement, l’accord d’adhésion du Maroc au ciel unique européen devra entrer en vigueur dans les prochaines semaines, après sa signature par le Maroc et l’Union européenne, prévue pour la fin de novembre 2006. Mais il est prévu que cet accord soit appliqué de manière provisoire, en attendant l’aboutissement des procédures de ratification qui prennent généralement beaucoup de temps. Certes, la libéralisation du transport aérien a fait du chemin depuis l’ouverture du ciel marocain, au début de l’année 2004, avec l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes européennes sur le Maroc, plus précisément sur Marrakech, Agadir et Fès. Mais l’entrée en vigueur de l’accord va encore chambouler le paysage dans la mesure o๠il ouvre tout simplement le ciel marocain à  toutes les flottes des pays membres de l’Union européenne. D’un autre côté, l’accord, en ouvrant aussi le ciel européen aux opérateurs marocains, représente un potentiel énorme auquel la RAM, sa filiale Atlas Blue et les compagnies aériennes de droit marocain doivent faire face. Car, selon la clause dite «de 5e liberté», il sera permis aux compagnies marocaines et européennes de desservir sans contrainte n’importe quelle destination, sans limitation de fréquence, ni de capacité. L’accord concerne aussi bien les passagers que le fret. Ainsi, toute compagnie de droit marocain, pourra relier deux villes européennes (Madrid-Paris par exemple) avec possibilité de débarquer et d’embarquer des passagers dans les aéroports des deux villes, ce qui n’est pas le cas actuellement. En contrepartie, «les compagnies européennes pourront desservir des routes au-delà  du Maroc, en se limitant, toutefois, aux pays du voisinage de l’Union européenne». Ceci signifie en clair qu’une compagnie comme Air France pourra assurer la liaison entre Paris, Alger ou Tunis, en passant par Casablanca o๠elle pourra débarquer et embarquer des passagers…

Un comité mixte pour gérer l’accord
Pour gérer ces flux et la densification des fréquences, l’accord simplifiera et ramènera au minimum les procédures d’octroi des autorisations par les autorités de l’aviation civile aux compagnies opérantes. Il est prévu, par ailleurs, pour le Maroc, une dérogation au droit de l’Union européenne en matière de nationalité et de contrôle des compagnies aériennes. Actuellement, la législation communautaire n’autorise que des participations minoritaires de pays tiers comme le Maroc dans des compagnies aériennes européennes. La prise de participations ou un investissement majoritaire marocain dans une compagnie aérienne européenne, et vice versa, devront néanmoins recevoir l’aval d’un comité mixte qui sera mis sur pied pour gérer l’accord. Ce dernier se traduira aussi par une évolution de la législation marocaine en matière d’aviation civile vers les normes européennes, notamment dans les domaines de la sûreté aérienne, de la protection de l’environnement et des consommateurs.

etat des lieux
Les premiers fruits de la libéralisation

L’impact de la libéralisation a été palpable dès 2004 avec l’arrivée au Maroc de plusieurs compagnies européennes (Corsair, Air Europa, Aigle Azur, TUI Belgique, Neos…), ce qui s’est traduit par une croissance de 22% du trafic global, avec des évolutions intéressantes pour les villes de Fès (+47%), Marrakech (+22%) et Agadir (+19%). Cette progression du trafic global s’est poursuivie en 2005 avec un taux de croissance de 19 %, grâce, notamment, à  l’intensification du trafic à  partir du Royaume-Uni qui a connu un développement remarquable passant de 223 000 passagers en 2003 à  359 000 en 2005, soit une augmentation de 62 %. Les dessertes à  partir de ce pays étant passées sur la même période de 34 à  42 fréquences par semaine. Il est à  souligner, enfin, que les deux compagnies low-cost les plus importantes du Royaume-Uni, en l’occurrence Easy jet et Rayanair, desservent aujourd’hui le Maroc. La première depuis juillet dernier et la deuxième depuis octobre 2006, avec 7 fréquences entre Londres, Fès et Marrakech.