OCP : des résultats semestriels positifs malgré la baisse des prix

Le chiffre d’affaires est en hausse de 7%, à 23,1 milliards de DH, grâce à la progression des volumes à l’export. La rentabilité du groupe demeure parmi les plus élevées du secteur. Les investissements se poursuivent avec des décaissements de 7,4 milliards de DH.

En dépit d’un environnement externe défavorable, lié à la baisse des prix de vente sur le marché mondial du phosphate, le groupe OCP affiche des résultats positifs au premier semestre de 2017. En effet, le chiffre d’affaires a évolué de 7%, à 23,1 milliards de DH contre 21,6 milliards au premier semestre de 2016. Ce bond est dû principalement, d’après le groupe, à une hausse des volumes de roche et d’engrais à l’export qui a compensé la baisse des prix.

Mais l’impact de la baisse des prix s’est fait sentir au niveau de l’EBITDA qui est resté relativement stable à 5,9 milliards de DH. De ce fait, la marge d’EBITDA a affiché un léger recul puisqu’elle est de 26% à fin juin 2017 contre 27% au premier semestre de 2016. «La baisse des prix des matières premières et l’optimisation des coûts de production n’ont pas suffi à totalement compenser l’impact de la baisse des prix de vente», explique la communication du groupe OCP qui reste malgré tout un des opérateurs les plus rentables dans le secteur au niveau mondial. A noter que la moyenne de la marge d’EBITDA de l’industrie se situe autour de 20%.

Notons que la montée en puissance du slurry pipeline (Khouribga-Jorf Lasfar) a amélioré la maitrise des coûts de production avec des économies de coûts totales de 807 millions MAD au premier semestre de 2017 contre 436 millions MAD pour la même période lors de l’année précédente.

Percée en Afrique subsaharienne

Pour ce qui est des investissements, les décaissements liés au programme d’investissement de l’office ont totalisé 7,4 milliards de DH. Dans le même registre, trois faits marquants sont à retenir : la mise en service de la troisième unité de production d’engrais JFC 3, la construction d’une nouvelle ligne de soufre et d’une centrale électrique à Jorf et le démarrage de la deuxième ligne de séchage en aval à Jorf Lasfar.

In fine, «OCP a renforcé sa position de leader au premier semestre, affichant un chiffre d’affaires en nette amélioration par rapport à la même période de 2016 et réalisant une marge d’EBITDA supérieure à la moyenne de l’industrie. Ces résultats reflètent d’une part la compétitivité opérationnelle du groupe notamment en termes de capacité et de coûts de production mais aussi, d’autre part, notre flexibilité commerciale. Ainsi, nous observons une augmentation significative des ventes pour les produits de spécialité sur des marchés en croissance où OCP a pu créer puis développer une forte demande», commente Mostafa Terrab, PDG du groupe OCP. Et de poursuivre : «OCP reste à la pointe des principales évolutions de l’industrie. Durant le premier semestre, nous avons ciblé avec succès de nouveaux marchés comme l’Afrique, qui a représenté près de 40% des exportations d’engrais, et nous avons élargi notre offre de produits de spécialité qui auront atteint plus du tiers des exportations totales d’engrais. Nos résultats financiers reflètent clairement ces réalisations, qui, combinées à la réduction des coûts de production ainsi qu’à notre flexibilité à travers la chaîne de valeur, permettent à OCP de réaliser de solides performances à travers les cycles».