Nouvel An : les hôteliers peu pressés de présenter leurs offres

La profession semble manquer d’enthousiasme en raison de la crise. Braderie des prix sur le site Booking.

Cette année, les hôteliers ne semblent pas pressés pour présenter leurs offres pour les fêtes du Nouvel An. A l’exception de Mazagan qui annonce comme à l’accoutumée une soirée spectacle pour ses clients avec des artistes de renom, les autres établissements d’hébergement restent pour l’instant discrets sur leurs programmes. C’est que l’année 2012 a été difficile. Sur les 10 premiers mois, le secteur a enregistré une progression des arrivées de seulement 1% et une hausse des nuitées de 2% due essentiellement aux touristes résidents dont les nuitées ont progressé de 11% par rapport à la même période de 2011.

Et encore, les seules villes qui ont vu leur nombre de nuitées progresser à fin octobre sont Casablanca (9%), Mazagan (9%), Tanger (6%) et Essaouira (11%). Les deux premières destinations du Royaume, Marrakeh et Agadir, qui concentrent 60 des nuitées totales, affichent respectivement une légère hausse de 2% et un repli de 2%. Les autres villes sont en recul.

Pour les professionnels, 2012 sera similaire à l’année précédente

Malgré le sursaut du mois d’octobre en termes d’arrivées, soit +10%, le nombre de nuitées s’est apprécié juste de 2%. Et il semble, selon de nombreux hôteliers, que les résultats de la présente année seront les mêmes qu’en 2011. Certes, explique un hôtelier de Marrakech, la ville va faire le plein, hôtels et riads compris, entre le 28 décembre 2012 et le 3 janvier 2013, mais au-delà, nous n’avons aucune visibilité. C’est un peu les mêmes impressions qu’on relève chez tous les hôteliers qui continuent de se plaindre de l’insuffisance du nombre de vols sur la plupart des villes touristiques et d’une promotion insuffisante ou pas du tout adaptée aux circonstances, etc.

Et avec ça, la destination Maroc qui était considérée comme celle des plus chères de la région, il y a quelques années, et où les touristes dépensaient le plus par tête est aujourd’hui en train de vivre une mutation intéressante à suivre. En effet, il suffit d’aller sur le site de la centrale de vente Booking qui est relié à la plateforme de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) pour trouver des prix défiant toute concurrence dans toutes les villes du Maroc. Ils commencent à moins de 200 DH pour les établissements les moins étoilés pour aller jusqu’à 400 et 500 DH pour les 4* quand les 5* commercialisent la nuitée autour de 1 500 DH.

Ce sont des prix qui étaient inimaginables, il y a encore deux ou trois ans. Assurément, quelque chose s’est cassée dans la stratégie touristique nationale.