Nouveaux trains de l’ONCF : des anomalies révélées lors des essais

Problèmes de démarrage,
de freinage et d’alimentation en électricité.
Selon l’office, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Ces anomalies
sont tout à fait normales pour une période d’essai.
Une seconde rame à réceptionner dans le courant du mois de novembre.
Le rythme de réception passera à deux rames par mois par la suite.

Très attendues par les usagers du train, les nouvelles rames, à deux niveaux, acquises par l’Office national des chemins de fer (ONCF) se font attendre depuis de nombreux mois. Annoncées initialement pour le début de l’année en cours, elles ne seront finalement mises en circulation sur l’axe Rabat-Casablanca qu’en janvier 2007.

Et pour cause, ce nouveau matériel roulant se doit de passer une période d’essai de plusieurs mois (le contrat signé entre l’ONCF et le constructeur italien Ansaldo Breda prévoit six mois d’essai pour la première rame livrée).

Et justement, ces essais sont loin d’être une partie de plaisir. Les anomalies et les dysfonctionnements constatés sur la première rame reçue jusqu’ici, dite rame prototype, sont nombreuses. A commencer par le système de freinage. Les raccords des différents organes de ce système laissent à désirer. «Ils sont fabriqués en alliage plastique alors que ceux dont sont équipées les rames actuellement en service sont fabriqués en fonte. Ceci les rend plus solides et donc plus résistants», souligne un technicien de l’ONCF. En outre, fait étonnant, des pièces manquent à l’appel : ressorts, rondelles et autres ne sont pas montés, ce qui pourrait «rendre le mouvement de la rame bruyant». A ceci s’ajoutent d’autres petits détails et défauts mais qui ont leur importance, tels un mauvais plaquage des portes, des cales rouillées (déjà !), des tuyaux et des supports collier déformés, des accès pour handicapés mal ajustés, des joints de fenêtres déchirés, des grilles déformées sur la toiture…

De la rouille affectant un matériel neuf !
Et ce n’est pas tout car les nouvelles rames, du moins celles à l’essai, souffrent également d’un problème sérieux relatif à leur système d’alimentation en électricité. Le pantographe, appareil qui permet l’alimentation des moteurs par un courant continu de 3000 V, dont est équipée la rame livrée par le constructeur italien, donne des soucis aux techniciens de l’office. «A plusieurs reprises, ce pantographe n’a pas fonctionné», précise un autre technicien.

D’ailleurs, tous les pantographes des autres rames en cours de fabrication seront changés. Le spécimen de la rame en essai ayant été déclaré définitivement inutilisable. «C’est pour cette raison qu’une locomotive diesel est constamment proche de la nouvelle rame pour la dépanner en cas d’arrêt subit». Lors de l’essai-presse mené en septembre dernier, l’ONCF eut recours justement à cette locomotive diesel pour tracter la rame. Une information reconnue par l’office. «C’est vrai. La nouvelle rame a été acheminée de la gare de Casablanca-Port à Rabat à l’aide d’une locomotive diesel car nous ne pouvions pas nous permettre une mobilisation de la voie qui perturberait le trafic. Mais le voyage en compagnie des journalistes s’est déroulé dans les conditions d’un voyage normal», souligne à ce sujet El Hassan Leqsiouer, directeur central «activités» au sein de l’ONCF. Et le responsable d’insister sur le caractère somme toute normal de ces «réglages». «Ce ne sont que des mises au point tout à fait normales dans le cas de réception d’un nouveau matériel», explique-t-il. «C’est pour ces raisons que nous avons annoncé une période d’essai allant de trois à quatre mois pour ces deux nouvelles rames. Cette période était initialement de six mois comme le stipule le contrat entré en vigueur il y a trois années. C’était avant même la réception de ce nouveau matériel. Nous avions voulu nous entourer de toutes les garanties», ajoute M. Leqsiouer.

Des trains italiens «marocanisés»
Et le responsable de l’office de préciser que le choix de ces nouvelles rames a été dicté également par des considérations de fiabilité éprouvée puisque les rames attendues sont dérivées et adaptées d’un matériel déjà en circulation en Italie et qui a fait ses preuves durant ces dernières années. «120 trains du même modèle sont actuellement en service en Italie», explique le directeur central «activités» de l’office. Ce dernier précise cependant qu’il faudra, bien entendu, adapter ces nouvelles rames automotrices à l’environnement marocain. En Italie, ces trains circulent à 140 km/h. L’ONCF a en revanche demandé au constructeur des rames pouvant atteindre une vitesse d’exploitation de 160 km/h et une vitesse maximale de 180 km/h. Ce changement a contraint les ingénieurs de l’unité d’Ansaldo Breda à effectuer de nombreuses modifications sur les moteurs des trains. En outre, l’office a également exigé des changements sur le système de climatisation des rames ainsi que sur les installations électriques car ni le caténaire ni le profil de la voie ne sont les mêmes qu’en Italie. «Ce sont donc ces réglages que supervisent actuellement une vingtaine d’experts de l’ONCF et d’Ansaldo Breda. Leurs remarques seront prises en considération lors de la fabrication et du montage des rames restantes. Pour ces dernières, d’ailleurs, la période d’essai contractuel n’est que d’un mois», conclut El Hassan Leqsiouer. La première rame, elle, sera mise en service entre Rabat et Casablanca en janvier 2007. Le rythme de réception s’élèvera par la suite à deux nouvelles rames par mois. Au total, ce sont 24 nouveaux trains à deux étages qui s’ajouteront au parc de l’office.

Focus
2 milliards de DH pour la mise à  niveau du chemin de fer

Le contrat d’achat de ces nouveaux équipements est entré en vigueur le 30 septembre 2003. Conclu avec la société italienne Ansaldo Breda, dans le cadre d’un appel d’offres international, le contrat porte sur l’acquisition de 24 rames automotrices à deux niveaux pour un budget de 2 milliards de DH. La première rame a été réceptionnée le mercredi 2 août 2006. Ces nouvelles rames viendront se substituer au matériel actuel assurant les TNR (trains navettes rapides) sur l’axe Casablanca-Rabat. Elles assureront également le service grandes lignes pour relier les villes de Casablanca et de Fès en 3h15 au rythme d’un départ toutes les heures.
Mode d’emploi
Les manuels toujours en italien

Les nouvelles rames utilisent une technologie beaucoup plus développée que celles actuellement exploitées par l’office. Un hic cependant, les manuels ne sont disponibles qu’en italien. Normal puisqu’elles ont été construites en Italie. «Ces manuels sont en cours de traduction», soutient-on auprès de l’office. Quant aux techniciens et conducteurs qui auront à manœuvrer sur
ces nouvelles rames, l’office semble avoir opté pour une formation sur le tas.