Nouveaux produits, amélioration de la qualité… Royal Air Maroc déroule sa nouvelle stratégie

Le prix de revient par siège a baissé suite à  la réduction de l’effectif et de la flotte. Plusieurs agences fermées et plus de 20% du chiffre d’affaires réalisé sur Internet. Le terminal 1 qui est dédié à  la compagnie sera prêt en décembre 2013.

Royal Air Maroc (RAM) sort enfin la tête de l’eau et renoue avec la croissance, du moins au niveau de son chiffre d’affaires. En effet, le plan de rationalisation de la compagnie entamé suite à la signature du contrat programme avec l’Etat, en septembre 2011, est pratiquement achevé. Aujourd’hui, on est en présence d’une compagnie aérienne plus légère dans tous les sens du terme avec un effectif réduit de 30% et une flotte allégée de 8 appareils, mais gérée de manière plus conséquente avec un taux d’utilisation des appareils plus élevé et, par conséquent, un prix de revient au siège plus intéressant. Ceci a été d’autant plus possible que l’âge moyen de la flotte a été ramené à 6,8 années, au lieu de 8,9 années en 2011 et 10,1 en 2010.

Cette rationalisation s’est traduite aussi par la fermeture des lignes déficitaires, et une meilleure exploitation des lignes industrielles, notamment les 24 destinations africaines. De même, au niveau de la distribution, le plan de sauvetage de la compagnie s’est traduit par la fermeture de plusieurs agences et par une meilleure utilisation des ventes sur Internet qui représentent aujourd’hui plus de 20% du chiffre d’affaires.

200 MDH investis pour améliorer la qualité de service

La conjoncture semble être favorable à la RAM puisque les deux compagnies low-cost (Jet4you et Air Arabia) qui livraient bataille sur le hub de Casablanca ont abandonné la partie sur la desserte la plus importante, en l’occurrence entre Casablanca et Paris, ce qui lui a permis d’augmenter ses prix sur ce trajet et sur d’autres, sachant que 40% des passagers qui atterrissent à l’aéroport Mohammed V de Casablanca sont des passagers en transit vers d’autres destinations.

Aujourd’hui, le management a dans le viseur deux objectifs qui sont du reste liés : renouer avec la rentabilité et reconquérir son image de marque. Si pour la rentabilité, il est encore tôt pour parler de redressement, il semble certain que l’exercice en cours sera meilleur que le précédent. Pour ce qui est de l’image de marque, la compagnie a déjà initié une série d’actions qui devraient lui permettre de retrouver sa notoriété. Ainsi, les agences et les salles d’accueil des clients ont été réaménagées. Une nouvelle signalétique a été mise en place à l’aéroport Mohammed V pour faciliter la circulation des clients et de leurs bagages, en attendant la fin, en décembre 2013, des travaux du Terminal 1 qui lui sera dédié.

Le coût global de cette opération de reconquête est estimé à plus de 200 MDH, y compris la formation par un cabinet spécialisé de quelque 2 200 personnes pour améliorer la qualité du service à bord et au sol.
En plus de cela, les avions sont dotés de nouveaux sièges plus confortables.