«Nous prévoyons de créer une fondation pour assurer la continuité de nos salons thématiques»

Après l’organisation de la première édition du Salon international du bois à Meknès en 2012 (arrivé à sa 4e édition en 2019), Abdelmalek Bouteyine organise trois autres Salons thématiques à Fès pour le cuir, la poterie et le zellij et les métaux en 2019. La région prévoit, elle, l’organisation d’un grand salon international de l’artisanat à Fès, à l’instar du SIAM à Meknès.

Abdelmalek Bouteyine est à la tête de la Chambre d’artisanat de Fès-Meknès depuis 2016. Et ce, après avoir chapeauté celle de Meknès Tafilalet avant l’entrée en vigueur de la régionalisation en 2015. Ce menuisier de formation, autodidacte, a initié les salons thématiques d’artisanat dans la région. Il a commencé par Meknès où il a organisé, dès 2012, la première édition du salon du bois, financée par la Maison de l’artisan, devenue au bout de la quatrième édition internationale. Les éditions suivantes seront financées par la région, le ministère et les collectivités avec le concours de la Maison de l’artisan. L’année 2019 représente la consécration de son travail, puisqu’elle a connu l’organisation de trois autres salons thématiques à Fès ; le cuir, la poterie et le zellij et les métaux gratuits. En 2020, la Chambre prévoit la tenue de deux salons supplémentaires ; tissage et caftan et vannerie. Au total, on comptera 6 salons thématiques. Son mandat s’achève en 2021.

La première édition du Salon national de la poterie et du zellij n’est qu’un maillon d’une série de salons thématiques organisés en 2019. Quels sont les autres salons tenus cette année ?
Nous avons organisé en 2012 le premier salon du bois qui a bénéficié d’un engouement sans précédent. C’est le premier salon thématique que la Chambre d’artisanat a initié. L’impact de ce type de salons est meilleur que celui des salons généralistes où on retrouve plusieurs métiers. La première édition du Salon national du bois a été complètement financée par la Maison de l’artisan en 2012. Anis Birou, secrétaire d’Etat chargé de l’artisanat, en ce temps-là, m’avait promis un soutien pour des salons thématiques dans plusieurs villes. A l’époque où la régionalisation n’était pas encore entrée en vigueur, j’étais président de la Chambre d’artisanat de Meknès-Tafilalet. J’ai été élu plus tard président de la Chambre d’artisanat de la région Fès-Meknès. La deuxième édition du salon du bois a été, elle, financée à hauteur de 1,6 MDH par la Maison de l’artisan. Le ministère du tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale et solidaire, a débloqué à son tour 1,6 MDH. La Chambre d’artisanat a collecté, elle, 1,10 MDH réparti comme suit (600000 DH de la part de la collectivité, 400000 de la part de la région Fès-Meknès et 100000 donnée par la préfecture). En somme, le budget était de 4,3 MDH. La deuxième édition s’est tenue en 2017 faute de moyens pendant les années précédentes et la troisième en 2018 où nous avons réalisé un excédent. Organisée en octobre 2019, la quatrième édition du salon du bois devenu international a permis aux 160 exposants (dans l’ameublement, la cuisine, la décoration, la menuiserie de bâtiment, l’ébénisterie, la machinerie et la matière première) de réaliser 16 MDH de ventes hors commandes. A Fès, nous avons prévu trois salons thématiques : métaux, cuir et poterie et zellij. Pour financer l’organisation de ces salons, nous avons reçu 500000 DH de la part de la collectivité de Fès pour chaque salon, 200000 dirhams du conseil préfectoral. La région a consacré 1 MDH pour chaque salon soit 3 MDH. La collectivité de Meknès a, elle, prévu 1MDH. Les sommes ont été finalement débloquées en fin 2018. D’où l’organisation de quatre salons thématiques en 2019. Ce salon de la poterie et du zellij a coûté 2 millions 87000 DH (y compris les dépenses de publicité, promotion, prise en charge, restauration, équipements y compris écrans LED, gardiennage, nettoyage, formation et différents aménagements). Nous avons une cellule, dans la Chambre, qui s’occupe du suivi des dépenses et paiements des prestataires du salon. En 2020, nous prévoyons la programmation de deux salons supplémentaires; tissage et caftan, et vannerie. Au total, on comptera 6 salons thématiques.

Pourquoi avoir fait le choix de ces métiers ?
Nous avons choisi les métiers phares de l’artisanat qui bénéficient de main-d’œuvre et de matière première abondante et représentent un bassin de production doté d’une infrastructure importante. Le zellij traditionnel de Fès a énormément de potentialités grâce notamment à l’argile de Fès connu pour être solide. Le bleu de la poterie de Fès est aussi très notoire.

Votre mandat à la tête de la Chambre d’artisanat de Fès-Meknès s’achève en 2021. Comment comptez-vous assurer la continuité de ces salons ?
Nous prévoyons de créer une fondation pour perpétuer la vie de nos salons thématiques. Nous avons signé une convention avec la région, la collectivité, le conseil préfectoral et le ministère de tutelle pour une durée de 3 ans. L’objectif est d’assurer la continuité des salons thématiques de la région et d’assurer leur autonomie et leur internationalisation. La quatrième édition du salon international du bois a connu la participation de 7 pays. L’ambassadeur du Pakistan à Rabat, qui a visité le salon cette année, a été émerveillé et a proposé que le Pakistan soit le pays à l’honneur pendant la 5e édition. Cela dénote du succès du salon. Autre facteur clé, nous avons pris en charge les exposants du salon (hôtel, restauration sur place, transport dans certains cas…). D’une édition à l’autre, nous remarquons une évolution des mentalités et plus de notoriété. Nous allons progressivement supprimer une partie de la prise en charge pour mieux responsabiliser les exposants. S’ils réalisent du chiffre d’affaires, ils pourront pendant les éditions prochaines financer leurs dépenses de participation dans le salon. D’autant plus qu’on contribue à l’amélioration de la visibilité du métier à travers la signature de conventions à l’instar de celle qu’on a signée avec le Centre islamique irlandais qui construit des mosquées dans toute l’Europe. Les spécialistes du zellij pourront exporter dans toute l’Europe.

Qu’en est-il de l’avenir de l’artisanat dans la région Fès-Meknès ?
Les différentes éditions du salon international du bois sont un gage de confiance pour le secteur de l’artisanat et son avenir. La région aspire, dans le cadre du plan de développement régional, à organiser le salon international de l’artisanat à Fès en 2020. Son budget estimé à 34 MDH a été débloqué par la région. Il bénéficiera d’une notoriété internationale à l’instar du Salon international de l’agriculture de Meknès (SIAM).