Monétique : une santé de fer qui suscite l’appétit de nouveaux entrants

Le secteur affiche une croissance à  deux chiffres au Maroc comme dans le monde. L’émergence de nouvelles technologies telles que le m-paiement, le Cloud ou encore le Near Field Communication (NFC) ouvre de nouvelles opportunités.

Le secteur de la monétique, tout comme l’environnement économique mondial qui l’entoure, est en pleine mutation. Cela est palpable vu le rythme de l’activité du secteur. En effet, les acteurs de l’industrie du paiement multiplient les opérations stratégiques au moment où le développement de nouveaux produits, notamment le m-paiement, suscite l’appétit de nouveaux entrants comme en témoigne le chinois UnionPay qui a détrôné Visa en 2011. Ces mutations de l’industrie du paiement entraînent leur lot de défis et de risques, mais il n’en demeure pas moins que les besoins nouveaux créés par ces changements constituent surtout de nouvelles opportunités pour les opérateurs du marché. Et c’est pour mieux profiter de ces opportunités dans un contexte changeant que HPS a organisé la cinquième édition de la rencontre des utilisateurs de PowerCard (solution monétique principale de la multinationale marocaine) les 5, 6 et 7 juin derniers à Marrakech.

Banques et opérateurs télécoms sont lents à réagir face aux nouvelles technologies

Il s’agissait de discuter des nouvelles tendances qui vont façonner le monde de la monétique mais également de profiter de la rencontre pour mettre en avant les produits du développeur et asseoir sa notoriété. Car si la crise a sévi avec force, réduisant considérablement le taux de croissance de certains secteurs, la monétique s’en sort avec une insolente croissance à deux chiffres dans le monde, mais aussi au Maroc.

Ainsi, d’après les chiffres du Centre monétique interbancaire (CMI), on est passé d’une croissance en volume de 10,28% en 2011 à une croissance de 20,75% en 2012 uniquement sur les opérations de paiement avec cartes marocaines et étrangères, soit l’équivalent de 15,9 milliards de dirhams pour 19,8 millions d’opérations en 2012. Cette croissance est due, selon les professionnels du secteur, à une plus grande utilisation de la carte comme moyen de paiement dans un marché émergent aux fortes potentialités de développement.

Loin de s’arrêter là, l’émergence de nouvelles technologies telles que le m-paiement, le Cloud ou encore le Near Field Communication (NFC) présagerait une croissance encore plus intéressante pour les années à venir. Mais il faudrait bousculer les autres acteurs (banques, opérateurs télécoms…) qui restent encore timides quant à l’adoption de ces nouvelles technologies.