Mohammédia : la zone industrielle du port sera transformée en espace de loisirs

Elle devrait accueillir, entre autres, des hôtels et sera rattachée au port de plaisance et aux plages. La zone humide de l’oued El Maleh sera aménagée en parc ornithologique pour protéger la ville des pollutions industrielles.

Le nouveau plan d’aménagement de Mohammédia apporte quelques changements notables en termes de trame urbaine. Ainsi, un nouveau centre est créé en front de mer. Accueillant actuellement des immeubles de logements, des commerces et des bureaux de R+2 et R+3, cette zone reçoit désormais un tissu urbain mixte de qualité sous forme d’immeubles en R+5 et des villas. Autre fait notable, la transformation de l’espace industriel du port en zone d’hôtellerie, d’animation culturelle, de loisirs et d’écotourisme et son rattachement à l’avenue-quai, au port de plaisance et aux plages. A signaler également la création d’une façade arrière pour la gare et des franchissements entre, d’une part, le boulevard Hassan II, le boulevard Kadi Tazi et la rue Bnou Khafaja et, d’autre part, la rue Baghdad et le boulevard Sebta afin de limiter la coupure du tissu urbain par la voie ferrée. Notons enfin la création de nouveaux quartiers orientés vers la haute qualité par l’éco-construction.
En termes d’activité économique, le nouveau plan programme pour la moitié Est de la ville de Mohammédia une activité industrielle diversifiée. Pour sa part, l’avenue Mohammed VI accueille des activités de services dans la zone villa, reliant l’avenue Hassan II et le centre-ville (zone portuaire). Enfin, l’axe industriel du boulevard Hassan II est transformé en zone tertiaire, tout en laissant la partie arrière passer à son rythme de l’industrie au tertiaire.  

En termes d’espaces verts, une nouveauté notable du plan touche la zone humide de l’oued El Maleh qui doit être aménagée en parc ornithologique pour isoler les quartiers résidentiels des pollutions dont pâtit la ville du fait de son activité industrielle et des dangers que présente le stockage de produits pétroliers à l’ouest. Aussi, une ceinture verte est prévue le long de la zone industrielle séparant

Mohammédia de la ville nouvelle de Zenata. Ces efforts s’imposent pour remettre la commune à niveau en termes de trame verte. En effet, «la ville des fleurs» affiche actuellement un maigre ratio de 1 m2 d’espace vert public par habitant contre une norme de 10 m2 préconisée par l’Organisation mondiale de la santé.

Enfin, le nouveau plan tente autant que faire se peut de combler le déficit en équipements publics dont souffre la ville, sachant qu’en moyenne seulement 27% des infrastructures (scolaires, sportifs, voieries…) prévus par l’ancien plan d’aménagement ont été réalisées.