MOHAMED BERRADA : Notre activité s’est maintenue sur le marché local et a crû à  l’export

Pour la confiserie et chocolaterie, il y a deux marchés : le local et l’export. Sur le marché domestique, je dois vous dire que notre activité a été stable sur les neuf premiers mois de cette année et devrait continuer ainsi jusqu’à la fin de l’exercice. Autrement dit, on se maintient au même niveau de croissance qu’en 2008. En revanche, l’année est bonne pour ce qui est de l’export, car outre les efforts de prospection que nous avons déployés, nos marchés (pays arabes et africains) ne sont pas, ou pas vraiment, affectés par la crise. Pour les prévisions, franchement cela dépendra de la conjoncture interne : est-ce que la pluie sera au rendez-vous ou non ? Pour autant, l’activité de l’agroalimentaire, de manière générale, se maintient surtout pour les entreprises qui opèrent, comme nous, sur les marchés extérieurs.