Métiers de l’hôtellerie : 10 400 personnes formées en 2008

Le contrat RH signé entre les hôteliers et le ministère du tourisme fixait un objectif de 8 220 lauréats pour 2008.
L’Office de la formation professionnelle ouvrira en 2009 un nouvel établissement à  Guelmim.

La commission de pilotage et de suivi du contrat RH (2008-2012) signé entre les hôteliers et le ministère du tourisme est satisfaite de la mise en œuvre  du programme. Réunie le 27 mars, elle a constaté que 10 427 lauréats ont été formés aux métiers de l’hôtellerie en 2008, alors que les besoins fixés dans le contrat sont de 8 217, soit un surplus de 2 210.
Les objectifs ont été dépassés dans toutes les régions. Dans le Souss Massa, 1 424 personnes ont été formées sur 1 329 prévues. Marrakech et région affichent 1 344 lauréats au lieu de 1 162 prévus, l’Oriental 435 au lieu de 426 et Tanger-Tétouan 959 lauréats au lieu 940.
Globalement, c’est l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) qui a formé  le plus gros des troupes avec 4 800 lauréats. Les écoles dépendant du département du tourisme en ont mis  1 685 sur le marché et les écoles privées 1 998, soit le double des objectifs.
Les formations en apprentissage ont concerné 1 521 personnes, alors que 423 lauréats sont sortis de l’Institut supérieur international de tourisme de Tanger (Isit).
Une convention pour une cogestion public/privé du Centre de qualification professionnelle hôtelière et touristique de Sidi Bernoussi à Casablanca a été signée au cours de la même réunion.

L’Anapec évalue actuellement les besoins de Marrakech et Tanger
Par ailleurs, on signale, parmi les actions entreprises en 2008, la réalisation par l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) d’études prospectives pour l’identification des besoins en ressources humaines pour les régions de Marrakech et Tanger.
Le plan pour 2009 prévoit un certain nombre d’actions pour affiner et ajuster aux besoins l’offre de formation. En premier lieu, il est prévu l’accroissement de la capacité des infrastructures d’accueil du dispositif de formation. Ainsi, l’OFPPT ouvrira durant l’année en cours un nouvel établissement d’une capacité d’accueil de 1 000 personnes à Guelmim. De plus, il augmentera de 200 places celle des structures existantes à Casablanca.
En parallèle, les écoles dépendant du ministère du tourisme vont créer 300 places pédagogiques réparties entre Salé, Mohammédia et Saâïdia.
La formation des formateurs n’est pas en reste puisque, entre l’office et le ministère, ce sont 115 postes budgétaires qui seront mobilisés. Une étude sera également lancée pour la mise en place d’un cycle de formation pour les formateurs à l’Isit.
Le but de ces mesures qui ne sont pas exhaustives est d’avoir un système de formation performant et adapté aux besoins.