Méga augmentation de capital pour la société de tramway de Rabat-Salé

L’Agence du Bouregreg vient d’y injecter 518 MDH pour mettre les fonds propres en phase avec le niveau d’endettement.
L’investissement global a été de 4 milliards de DH pour deux lignes de 20 km et 36 stations.

Quelques mois avant la mise sur rail effective de sa première rame, le contour du financement du tramway de la capitale du Royaume prend forme et se précise. En effet, la Société du tramway de Rabat-Salé (STRS) vient de hisser son capital de 41 MDH à 559,3 MDH dans le cadre d’une opération d’apport partiel d’actifs injecté par sa maison mère, l’Agence pour l’aménagement de la vallée de Bouregreg. Cette recapitalisation de 518,3 MDH correspond à une partie des frais engagés directement par l’actionnaire unique pour le compte de sa propre filiale et permet au concessionnaire du nouveau réseau d’afficher des fonds propres en phase avec le niveau d’endettement et l’investissement global qu’aura nécessité ce méga-projet. Il faut dire que le budget global a avoisiné les 4 milliards de DH. Il est réparti entre les études (291 MDH), les travaux de déviation des réseaux (225 MDH), le matériel roulant (1,29 milliard de DH), les infrastructures (1,1 milliard de DH) et le franchissement du Bouregreg (343 MDH).  
Outre les fonds propres, la STRS a eu recours à l’endettement bancaire ainsi qu’à un financement obtenu auprès d’organismes multilatéraux français pour la coopération. Quant à ses revenus, ils seront générés grâce au contrat d’exploitation du réseau dont elle est concessionnaire et qui a été confié en mai 2010, à l’issue d’un appel d’offres international, au français Transdev, filiale de la Caisse française des dépôts et consignations. Outre une redevance sur le chiffre d’affaires généré, Transdev versera à STRS quelque 850 MDH tout au long de la durée du contrat d’exploitation et de la maintenance, qui est de six ans prorogeable. Rappelons que le tramway de Rabat-Salé comptera, dans une première phase, deux lignes d’une longueur cumulée de 20 km et qui desserviront 36 stations en zone urbaine. Ce nouveau moyen de transport permettra de transporter quotidiennement entre Rabat et Salé quelque     400 000 personnes. Il devra contribuer à diminuer l’utilisation de l’automobile et du bus en milieu urbain et aura un impact positif sur l’environnement. Pour sa part, l’exploitant français, à travers sa filiale marocaine, Transdev Rabat-Salé a déjà commencé sa campagne de recrutement notamment des conducteurs, des techniciens de maintenance et du personnel administratif. Au total, cette nouvelle entité devra créer quelque 400 emplois permanents.