Méditel secoue le marché du cellulaire

Téléphonie, messagerie, infos, internet… sur un combiné GSM.

Avec sa toute dernière offre intitulée «Imé[email protected]», Méditel secoue le marché de la téléphonie mobile. En effet, l’opérateur s’attaque de manière agressive à la commercialisation du multimédia, de l’internet et des données autour de la téléphonie. Les services sont gracieusement mis à la disposition de toute sa clientèle, jusqu’au 31 décembre.
Il est vrai que son concurrent Maroc Telecom l’avait devancé sur ce terrain puisqu’il proposait déjà des produits autres que la voix et le SMS. Mais, selon des utilisateurs avertis, l’offre de ce dernier est parcellaire, du moins pour ce qui concerne le grand public. A titre d’exemple, les clients de Maroc Telecom ont pu, bien avant [email protected], échanger des MMS (envoi d’images), mais la réception se fait toujours par le biais du portail de l’opérateur où le destinataire doit chercher son message dans un délai déterminé.
Dans l’offre de Méditel, l’envoi est direct et le destinataire réceptionne instantanément une photo ou une séquence vidéo sur son mobile, à condition que son terminal soit compatible GPRS. Tout compte fait, Méditel se rattrape en présentant une offre plus globale et, théoriquement, plus aboutie. Toutefois, chez l’opérateur privé, on se refuse à parler de retard. Les responsables expliquent que la société a été la première à faire des tests GPRS, il y a trois ans. Cependant, précise Miguel Menchen, son DG, «nous avons attendu le moment propice pour mettre notre produit sur le marché pour des raisons stratégiques. 200 MDH ont été investis».

Des forfaits à partir de 120 DH TTC pour 2,5 Mo téléchargés
En quoi la nouvelle offre du deuxième opérateur est-elle intéressante ?
D’abord, elle est disponible dans sa globalité puisqu’il suffit d’aller chercher sur un portail les différents services. Ensuite, sa mise en œuvre ne demande aucune configuration particulière. Enfin, il faut lui reconnaître l’effort d’avoir associé des partenaires à la production du contenu. A ce niveau, on affirme que ce n’est qu’un début car le nombre de partenaires en matière de contenu va s’élargir au fur et à mesure qu’ils y verront un intérêt économique. A terme, rien ne s’opposera à ce que l’on fasse sa réservation au cinéma, au théâtre ou achète ses tickets de transport à partir d’un portable. De plus, si, dès aujourd’hui, on peut s’informer sur les titres des journaux, la programmation des salles de cinéma ou le temps qu’il fait sur le pays ou une ville en particulier, demain, on fera son marché dans les grandes surfaces et on pourra même régler sa facture par carte bancaire via le mobile. Côté prix, et à titre d’exemple, télécharger un jeu de 10 Ko peut revenir à 10 DH quand une consultation de petites annonces est facturée autour de 3 DH. Il faut noter que des forfaits sont proposés à partir de 120 DH TTC pour 2,5 Mo téléchargés .